- ENTREE de SECOURS -



samedi 21 avril 2018

Pigeon vole

mardi 8 janvier 2013


Nous vivons à une époque difficile/complexe et je crois peu soucieuse des lendemains. Les gens jouent de plus en plus à des loteries/jeux d'hasard, mais pour gagner quoi ? Même si quelqu'un arrive a totaliser la somme d'argent perdu (et gagné !), cette personne continuera de jouer. De tenter 'sa chance'. Même si - quand on joue - c'est pour gagner, gagner gros, le gros paquet, et que l'on sait que le gouvernement fait la chasse aux riches, l'on peut se dire qu'il en restera toujours assez pour vivre quelques temps sur le 'gros paquet'.

Ainsi, ferait-on 'plus' confiance à l'hasard pour s'en sortir qu'à ses propres facultés qui ont besoin éternellement d'être remises à jour. Cette alternative n'est pas tombé dans l'oreille d'un sourd ni sous les yeux d'un aveugle et, le gouvernement sait comment s'en servir pour appâter les gens et leur servir des promesses qu'ils ne tiendront jamais. Sans être pour cela des "Perrette et le pot au lait" où tous les rêves sont perdus et qu'elle aurait 'mieux fait' de consulter son horoscope ou d'établir une 'vente à la ferme' pour s'éviter le dérangement, une morale à cela est que "qui veut voyager loin, ménage sa monture".

Ainsi encore, l'argent égale puissance, et le gouvernement fera toujours tout pour vous en priver sous mille et un prétextes inventés pour l'occasion. Mais là nous en venons à la dette incommensurable et trop gigantesque pour être payée donc: inremboursable. C'est là que l'État est pris à son propre-piège. "Inremboursable".

Donc là, deux possibilités: Soit, le gouvernement dit non à la dette et déclare qu'elle est nulle et non avenue comme une escroquerie montée depuis des années, (ce qui le fait reconnaître qu'il y a participé !) soit, (pour éviter le remboursement d'argent volé) il préfère faire la sourde-oreille et attend dans son coin la mise en place de la loi martiale pour tirer sur le premier qui bouge !

Donc, même si les alternatives de secours des plus farfelues peuvent encore arriver en 'dernier recours' (du type qu'un gros cailloux à été trouvé dans un affouillage off-shore et que ce pépite d'or pèserait 5000 tonnes, mais, comme on ne sait pas comment le sortir sans le casser, il restera au fond "propriété de l'État" et on fera comme s'il était sorti !), on sait que l'État se fout de notre gueule et que d'avoir découvert 50.000 quintaux de merde préhistorique à 3000 m de fond, ne vont pas changer demain son attitude. Et donc pourquoi pas s'inscrire à la SPP "Société Protectrice des Pigeons" pour éviter de se faire encore plumer ou se tailler une couronne dans un bout de tôle et se la poser sur la tête pour savoir qui dirige ?

jeudi 19 avril 2018

L'affichage incroyable de skywriting apparaît au-dessus des Etats-Unis qui ressemble à des avions ont IMPRIMÉ les mots: Mais comment ont-ils fait cela ?

Skytyping, or digital skywriting, is a technique whereby smoke is emitted in a series of bursts, each of which can be the length of a skyscraper. These appear like the text produced by old fashioned dot matrix printers, in which characters are formed on the page by printing rows and columns of ink dots.

L'écriture a été conçue pour attirer l'attention sur la société de réseautage informatique Cisco
Cinq jets ont utilisé une technique appelée skytyping pour écrire un certain nombre de messages
La fumée est émise dans une série de salves qui peuvent être la longueur d'un gratte-ciel


Par Tim Collins pour Mailonline
17h01 BST, 19 avril 2018


Le texte incroyable qui est apparu au-dessus de Phoenix a laissé les spectateurs confus quant à la façon dont il a été créé.

Les messages, y compris 'cisco #collabsummit', sont une forme de skywriting qui a l'apparence d'un texte tapé numériquement.

Skytyping, ou l'écriture numérique du ciel, est une technique par laquelle la fumée est émise dans une série de rafales, dont chacune peut être la longueur d'un gratte-ciel.

Mysterious text that appeared above Phoenix has left onlookers confused as to where it came from and how it was created. The message, reading 'cisco #collabsummit', is actually an incredible form of skywriting that has the appearance of digitally typed text
Ceux-ci apparaissent comme le texte produit par les imprimantes matricielles à l'ancienne, dans lequel les caractères sont formés sur la page en imprimant des lignes et des colonnes de points d'encre.

Skytyping, ou l'écriture numérique du ciel, est une technique par laquelle la fumée est émise dans une série de rafales, dont chacune peut être la longueur d'un gratte-ciel. Ceux-ci apparaissent comme le texte produit par les imprimantes matricielles à l'ancienne, dans lequel les caractères sont formés sur la page en imprimant des lignes et des colonnes de points d'encre.

En skytyping, un ordinateur génère un plan directeur et des signaux électroniques contrôlent la sortie de fumée une fois que les avions sont en l'air.

Les avions multiples prennent généralement dans le ciel, de sorte que le texte entier des messages plus longs est visible immédiatement.

Ils sont souvent équipés de Wifi à bord ou d'autres relais de communication, ce qui permet à leurs ordinateurs de synchroniser les dégagements de fumée entre eux.

Cinq jets ont travaillé pour écrire un certain nombre de messages dans le ciel, selon les rapports de nouvelles de la famille AZ.

Parmi les autres textes produits par les avions figuraient «l'avenir du travail est là» et «l'avenir du travail».

L'écriture, qui est apparue hier, a été conçue pour attirer l'attention sur la société de réseautage informatique Cisco.

La société basée à San Jose accueille aujourd'hui la deuxième de ses deux journées de conférence Collaboration Summit, à l'Arizona Grand Resort and Spa à Phoenix.

"Collaboration Summit est notre événement phare pour les clients et les partenaires", a déclaré le porte-parole de Cisco, Christine Johansen, à AZ Central.

"L'écriture du ciel est un excellent moyen d'enthousiasmer nos participants et de montrer le magnifique ciel de Phoenix."

James Chan, un investisseur en capital-risque de Bloomberg Beta, compte parmi les conférenciers invités à la conférence, qui compte quelque 1 200 participants.

Le texte mystérieux apparu au-dessus de Phoenix a laissé les spectateurs confus quant à l'origine et à la manière dont il a été créé. Le message, en lisant 'cisco #collabsummit', est en fait une forme incroyable de skywriting qui a l'apparence d'un texte tapé numériquement

L'écriture a été conçue pour attirer l'attention sur la conférence annuelle de la firme de réseautage informatique Cisco. Le spécialiste de l'informatique Tony Cuevas, qui était présent, a été parmi ceux qui ont repéré le spectaculaire skywriting en action, le capturant dans des séquences vidéo

Cinq jets ont travaillé pour écrire un certain nombre de messages dans le ciel, selon les reportages locaux, y compris «l'avenir du travail est ici» et «#futureofwork»

COMMENT FONCTIONNE LE SKYTYPING ?

Skytyping est une forme de skywriting qui se traduit par des caractères qui ressemblent plus à du texte tapé ou numérique qu'à la calligraphie écrite à la main.

Skywriting est souvent fait par un avion, qui peut généralement écrire jusqu'à six caractères à la fois.

Les pilotes qualifiés peuvent avoir besoin de manoeuvrer à l'envers et ils décident quand la fumée est nécessaire pour produire les lettres.

En tant que tels, ils sont souvent discrets en discutant des techniques exactes qu'ils utilisent pour produire leurs messages produits manuellement.

Cinq à sept avions sont nécessaires pour les messages plus longs, d'une trentaine de caractères, de sorte que le message entier soit visible à la fois.

Skytyping, également connu sous le nom de skywriting numérique, est une technique par laquelle la fumée est émise en une série de salves, dont chacune peut être la longueur d'un gratte-ciel.

Ceux-ci apparaissent comme le texte produit par les imprimantes matricielles à l'ancienne, dans lesquelles les caractères ont été formés sur la page en imprimant des lignes et des colonnes de points d'encre.

En skytyping, un ordinateur génère un plan directeur et des signaux électroniques contrôlent la sortie de fumée une fois que l'avion est en l'air.

En skytyping, il est plus commun que plusieurs avions prennent généralement le ciel.

Ils sont souvent équipés de Wifi embarqués ou d'autres relais de communication pour permettre à leurs ordinateurs de synchroniser les dégagements de fumée entre eux.

Rowan Trollope, vice-président principal et directeur général des applications de Cisco, et Michelle Chiantera, vice-présidente du marketing mondial de Cisco, interviennent également.

Le spécialiste de l'informatique Tony Cuevas, qui participait à la conférence, était parmi ceux qui ont vu le spectaculaire skywriting en action, le filmant en vidéo.

Le coup promotionnel a généré un buzz sur Twitter, avec des témoins et d'autres personnes qui se sont rendus sur le site pour partager leurs pensées et leurs images avec des adeptes.

L'auteur Sarah Viren a déclaré: «Le ciel me dit de collaborer, mais avec qui?

L'artiste typographe Vivienne Lux a ajouté: "Bien joué Cisco. Les écrivains du ciel sur Phoenix ce matin.

Le coup promotionnel a généré un buzz sur Twitter, avec des témoins et d'autres personnes qui se sont rendus sur le site pour partager leurs pensées et leurs images avec des adeptes. L'auteur Sarah Viren a déclaré: «Le ciel me dit de collaborer, mais avec qui ?

L'artiste typographe Vivienne Lux a ajouté: "Bien joué Cisco. Les écrivains du ciel sur Phoenix ce matin. J'ai laissé tomber mon enfant à l'école et tout le monde était juste là, regardant fixement le ciel (ce qui était plutôt étrange)

Lindsey Collom ? a déclaré: «Quelqu'un d'autre voit le ciel écrit à Phoenix ? Que faites-vous, cisco ?

Jess Macias a déclaré: "Une partie de l'annonce Cisco apparente qui a été écrite dans le ciel, #thatsneat. J'espère que ce n'est pas une tendance ...

Matthew Rhett a déclaré: 'Cisco a-t-il su que j'avais ma chemise Cisco de migration aujourd'hui et a peint Cisco dans le ciel pour la bonne chance?'

«J'ai laissé tomber mon enfant à l'école et tout le monde était juste là, regardant le ciel (ce qui était plutôt étrange), mais je ne pouvais pas voir de l'intérieur de la voiture.

Je me suis arrêté pour sortir et regarder. #curiousitykilledthecat. '

Ce n'est pas la première fois que la firme utilise la technique pour se promouvoir, avec des messages apparaissant au-dessus de Las Vegas en 2015 pour marquer la conférence de l'International Consumer Electronics Show de cette année.

http://www.dailymail.co.uk/sciencetech/article-5633879/Incredible-skywriting-Phoenix-looks-just-like-typed-words-baffles-residents.html#ixzz5D8xCmo40 

mardi 17 avril 2018

Propagande britannique et désinformation: une tradition impériale et coloniale

par Tyler Durden
Mar, 17/04/2018 - 05:00
Rédigé par Wayne Madsen via The Strategic Culture Foundation,


Quand il s'agit de créer de nouvelles histoires fictives et de faire avancer de faux récits, les services de renseignement britanniques ont peu de pairs. En fait, le Secret Intelligence Service (MI-6) a ouvert la voie à ses «cousins» américains et partenaires du Commonwealth britannique - du Canada et de l'Australie à l'Inde et à la Malaisie - dans l'art sombre de répandre les mensonges comme vérités. Récemment, le monde a été témoin de tels subterfuges MI-6 dans des reportages alléguant que la Russie a mené une attaque d'agent neurotoxique novichok contre un émigré russe et sa fille à Salisbury, en Angleterre. Ce barrage de propagande a été rapidement suivi par un autre - le dernier d'une série de fabrications similaires - alléguant que le gouvernement syrien a attaqué des civils à Douma, à l'extérieur de Damas, avec des armes chimiques.

Il ne faut pas s'étonner que les réseaux d'information américains s'appuient sur les correspondants britanniques stationnés dans le nord de la Syrie et à Beyrouth. Le MI-6 s'est historiquement appuyé sur des agents de couverture non officielle se faisant passer pour des journalistes, mais aussi des travailleurs humanitaires, des ecclésiastiques de l'Église d'Angleterre, des banquiers internationaux et des directeurs d'hôtels pour effectuer des tâches de propagande. Ces CNO sont situés dans des positions où ils peuvent promulguer la désinformation du gouvernement britannique à des journalistes et des diplomates réels qui ne se doutent de rien.

Pendant des décennies, une section peu connue du Foreign Office britannique - le département de recherche de l'information (IRD) - a mené des campagnes de propagande en utilisant les médias internationaux comme plate-forme pour le compte du MI-6. Des années avant le soulèvement syrien de Bachar al-Assad, l'Irakien Saddam Hussein, le libyen Mouammar Kadhafi et Omar el-Béchir au Soudan sont devenus des cibles de la déstabilisation et du "changement de régime" occidental*. L'IRD et ses associés à la British Broadcasting Corporation (BBC) et dans les salles de rédaction. Les rédactions des journaux, des tabloïds, des agences de presse et des magazines de Fleet Street, notamment The Daily Telegraph, The Times, Financial Times, Reuters, The Guardian et The Economist, ont mené des campagnes médiatiques contre un certain nombre de dirigeants considérés comme gauchistes, communistes ou FT (compagnons de voyage).

Kim Il-Sung, l'égyptien Gamal Abdel Nasser, l'archevêque de Chypre, Makarios, Fidel Castro de Cuba, Salvador Allende, du Chili, Cheddi Jagan, de la Guyane britannique, Maurice Bishop, de la Grenade, de la Jamaïque. Michael Manley, Daniel Ortega du Nicaragua, Sekou Touré de Guinée, Thomas Sankara du Burkina Faso, Gough Whitlam de l'Australie, David Lange de Nouvelle-Zélande, Norodom Sihanouk du Cambodge, Dom Mintoff du Cambodge, Walter Lini du Vanuatu et Kwame Nkrumah du Ghana.

Après la guerre froide, cette même opération de propagande visait le président serbe Slobodan Milosevic, le dirigeant du Sinn Fein Gerry Adams, le vénézuélien Hugo Chavez, le somalien Mohamad Farrah Aidid et le haïtien Jean-Bertrand Aristide. Aujourd'hui, c'est le Premier ministre hongrois, Viktor Orban, d'Assad, et le leader de l'indépendance catalane, Carles Puigdemont, qui se trouvent dans les guns de la propagande de l'Etat anglo-américain. Même la dirigeante du Myanmar, Aung San Suu Kyi, longtemps chérie des médias occidentaux et des magnats de la propagande comme George Soros, est maintenant ciblée pour des interdictions de visas occidentaux et des sanctions sur la situation des insurgés Rohingya musulmans dans l'Etat de Rakhine.

Grâce à des opérations conjointes de propagande IRD-MI-6-Central Intelligence, de nombreux journalistes britanniques ont reçu, sciemment ou non, des paiements de la CIA via un front à Londres appelé Forum World Features (FWF), propriété de John Hay Whitney. New York Herald Tribune "et un ancien ambassadeur américain à Londres. Il n'est pas exagéré de penser que des relations similaires et encore plus formelles existent aujourd'hui entre les services de renseignements américains et britanniques et les soi-disant «journalistes» britanniques venant de zones de guerre comme la Syrie, l'Irak, la Libye, le Yémen, l'Afghanistan et la bande de Gaza. ainsi que des sites d'attaque d'agents neurotoxiques ballyhooed comme Salisbury, en Angleterre.

A peine des nouvelles récentes de Douma sur une attaque syrienne au chlore gazeux et au sarin qui ont tué entre 40 et 70 civils, les reporters britanniques en Asie de l'ouest et de Londres ont commencé à faire écho aux déclarations verbales des "Casques blancs" syriens et des Syriens. Observatoire des Droits de l'Homme.

En réalité, les Casques blancs - revendiqués par les médias occidentaux comme premiers répondants de la défense civile mais activistes islamistes liés à des groupes radicaux djihadistes financés par l'Arabie Saoudite - auraient organisé l'attaque chimique à Douma en entrant dans l'hôpital de la municipalité et chez les patients avec des seaux d'eau, des caméras vidéo à portée de main. Les Casques blancs ont distribué leurs vidéos aux médias internationaux, avec la Sky News de la BBC et de Rupert Murdoch fournissant un imprimatur britannique à la campagne de propagande affirmant qu'Assad a mené une autre attaque chimique contre son propre peuple. toujours, l'Observatoire syrien des droits de l'homme financé par le MI-6, un front anti-Assad prétendu être exploité par un expatrié syrien et Rami Abdel Rahman de son magasin de vêtements à Coventry, en Angleterre, a commencé à fournir un second sourcing Revendications d'attaque chimique de White Helmet.

Avec le président Trump apportant de plus en plus de néo-conservateurs, discrédités de leurs opérations massives de propagande anti-Irak pendant l'ère Bush-Cheney, dans sa propre administration, le monde assiste à la prolongation de la "Trump Doctrine".

La doctrine Trump peut être mieux expliquée comme suit: Une nation sera soumise à une attaque militaire américaine selon que Trump fait face à un grave scandale politique ou sexuel à la maison.

Ce fut le cas en avril 2017, lorsque Trump a ordonné une attaque de missiles de croisière sur la base aérienne syrienne-russe commune à Shayrat, en Syrie. Trump était toujours sous le choc de la démission de son conseiller à la sécurité nationale, le lieutenant-général Michael Flynn, en février dernier, au sujet de la fusion de ses activités de consultation privées avec ses fonctions officielles à la Maison-Blanche. Trump a eu besoin d'une diversion et la fausse accusation qu'Assad a utilisé du gaz sarin dans le village de Khan Sheikoun le 4 avril 2017, a fourni le pabulum nécessaire pour les médias affamés de guerre.

La plus récente attaque de missiles de croisière avait pour but de détourner l'attention du public de l'avocat personnel de Trump perquisitionné par le Federal Bureau of Investigation, un scandale sexuel impliquant Trump et une actrice porno, et un livre "tell-all" du directeur du FBI James Comey.

Bien que ces deux scandales aient donné l'occasion aux néo-conservateurs de tester Trump avec des opérations sous fausse bannière en Syrie, ce n'était pas la première fois que de telles actions étaient menées. En 2013, le gouvernement syrien a été blâmé pour une attaque chimique similaire contre des civils à Ghouta. Cette année-là, les rebelles syriens, soutenus par la Central Intelligence Agency, ont avoué à l'Associated Press sur le sol syrien que l'Arabie Saoudite leur avait donné des armes chimiques interdites, mais que les cartouches d'armes ont explosé après une manipulation inappropriée des rebelles. Immédiatement, l'Observatoire syrien des droits de l'homme et les organisations rebelles syriennes opérant en Turquie ont affirmé qu'Assad avait utilisé des bombes barils chargées de produits chimiques sur «son propre peuple». Cependant, des sources turques, américaines et libanaises ont confirmé que c'était l'État islamique. L'Irak et le Levant (EIIL) qui avaient gravement bousillé une fausse attaque d'agent neurotoxique sarin sur Ghouta.

Peu de médias occidentaux étaient préoccupés par un agent neurotoxique sarin du 19 mars 2013 par le groupe rebelle de la Brigade Bashair al-Nasr lié à l'armée syrienne libre soutenue par les Etats-Unis et les Britanniques. Les rebelles ont utilisé un projectile sans guide "Bashair-3", contenant l'agent sarin mortel, sur des civils à Khan al-Assal, en dehors d'Alep, au moins 27 civils ont été tués et des dizaines d'autres blessés dans l'attaque. L'utilisation d'armes chimiques par les groupes rebelles syriens soutenus par les Etats-Unis, la Turquie et l'Arabie saoudite pendant la même période. Les opérations de propagande habituelles - Observatoire syrien des droits de l'homme, Médecins Sans Frontières, BBC, CNN et Sky Nouvelles - étaient tous silencieux au sujet de ces attaques.

En 2013, en avril 2017 et en avril 2018, la salle d'écho des médias occidentaux a soulevé tous les mêmes points de discussion: «Assad tuant son propre peuple», «armes de destruction massive syriennes» et «massacres de femmes et d'enfants». Les réseaux d'information occidentaux présentaient des vidéos de femmes et d'enfants décédés, tandis que des propagandistes payés, connus comme «contributeurs» aux réseaux d'information des entreprises - tous liés au complexe militaro-renseignement - réclamaient des mesures contre Assad.

Trump, maintenant conseillé par le célèbre faucon de guerre néocon John Bolton, le nouveau conseiller de sécurité nationale, a commencé à désigner Assad comme un «animal» et un «monstre». Bolton, avec le chef de cabinet du vice-président Dick Cheney Irving Lewis «Scooter "Libby, a contribué à l'élaboration d'un langage similaire contre Saddam Hussein avant l'invasion américaine et l'occupation de l'Irak en 2003. Ce n'est pas une coïncidence si Trump - à la demande de Bolton et d'autres néocons - a accordé un pardon complet à Libby le jour même où il a ordonné l'attaque de missiles de croisière contre Damas et d'autres cibles en Syrie. Libby a été reconnu coupable en 2005 de parjure et de divulgation illégale d'informations sur la sécurité nationale.

On demande au monde de prendre pour argent comptant le mot de menteurs brevetés comme Trump, Bolton et d'autres néocons qui sont maintenant occupés à rejoindre l'administration Trump à une vitesse vertigineuse.

Les médias corporatifs agissent sans vergogne comme s'ils ne mentaient jamais sur les raisons avancées par les États-Unis et la Grande-Bretagne pour aller en guerre en Irak et en Libye. Pourquoi devrait-on les croire maintenant ?


* Ne pas oublier le président de la Côte d'Ivoire Laurent Bagbo renversé par un coup d'Etat terroriste.

lundi 16 avril 2018

Pris dans un mensonge, US & collabos bombardent la Syrie la nuit avant l'arrivée des inspecteurs internationaux

Par Eva Bartlett
RT Nouvelles
16 avril 2018


La France, les Etats-Unis et la Grande-Bretagne ont piétiné la loi internationale pour lancer des missiles contre la Syrie, prétendant avoir des "preuves" de l'utilisation des armes chimiques par le gouvernement. Cette preuve est basée sur des mensonges terroristes.

Après une semaine de tweets scandaleux et des proclamations de POTUS Trump, qui comprenait des accusations persistantes que le président syrien a ordonné une attaque chimique sur les civils à Douma, à l'est de Damas, avec Trump utilisant une terminologie grotesque et juvénile, comme "animal Assad", Le soir avant que les inspecteurs d'armes chimiques de l'OIAC ne se rendent à Douma, l'Amérique et ses alliés ont lancé des bombardements illégaux contre la Syrie. Les bombardements illégaux comprenaient 103 missiles, dont 71 ont été interceptés en Russie.

La semaine dernière, on nous a dit que les États-Unis avaient des «preuves» et que le Royaume-Uni avait des «preuves» que la Syrie avait utilisé des produits chimiques. Les «preuves» reposaient en grande partie sur des clips vidéo et des photos partagés sur les médias sociaux, fournis par les White Helmets, un groupe de «sauveteurs» qui travaille d'une manière ou d'une autre dans Al-Qaïda et dans les zones co-terroristes. ), ainsi que par Yaser al-Doumani, un homme dont l'allégeance à Jaysh al-Islam ressort clairement de ses propres messages sur Facebook, par exemple de l'ancien dirigeant de Jaysh al-Islam, Zahran Alloush.

Ceci, nous a t-on dit, était une évidence. Ceci et les mots du Département d'État américain, financé par l'USAID, allié à la Syrian American Medical Society qui, comme les sauveteurs d'Al-Qaïda, ne soutient que les médecins dans les zones occupées par le terrorisme.

Le 12 avril, même le secrétaire américain à la Défense James Mattis a déclaré au House Armed Services Committee que le gouvernement américain n'avait aucune preuve que le sarin ou le chlore était utilisé, qu'il cherchait toujours des preuves.

La Syrie, jugeant que les allégations étaient mensongères et les sources entachées, a demandé que l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) se rende immédiatement en Syrie pour enquêter sur les allégations. En conséquence, l'OIAC a accepté d'envoyer une équipe - les visas pour lesquels la Syrie a accordé immédiatement - qui est arrivée à Damas le 14 avril.

Le président Trump, au lieu d'attendre une enquête pour confirmer sa «preuve», a choisi la nuit même avant que cette équipe d'enquête arrive en Syrie pour inspecter les allégations, pour bombarder la Syrie. Le moment des attaques est plus que juste un peu opportun. Et les bombardements étaient illégaux.

Le général Mattis a tenté de danser autour de la légalité, déclarant que "le président a l'autorité, en vertu de l'article II de la Constitution, d'utiliser la force militaire à l'étranger pour défendre d'importants intérêts nationaux des Etats-Unis".

Mais il a tort, cela ne permet pas aux États-Unis de bombarder illégalement une nation souveraine, et il le sait. Alors, la Russie. Dans une déclaration du 14 avril, le président russe Vladimir Poutine a déclaré les attaques illégales, notant:

"Sans la sanction du Conseil de sécurité des Nations Unies, en violation de la Charte des Nations Unies, des normes et principes du droit international, un acte d'agression contre un Etat souverain qui est à la pointe de la lutte contre le terrorisme a été commis."

Et si les produits chimiques avaient été dans des endroits ciblés ?

Lors du même briefing du Pentagone, le général Joseph Dunford a précisé les cibles américaines et alliées en Syrie, les accusant d'être «spécifiquement associées au programme d'armes chimiques du régime syrien». Le centre de recherche scientifique de Barzeh a visé 76 cibles. Dans la ville de Damas elle-même, fortement peuplée, Dunford affirmait qu'elle était impliquée dans le «développement, la production et l'expérimentation de la technologie de guerre chimique et biologique».

Cette 'cible' est au milieu d'une zone densément peuplée de Damas (milliers de personnes). Selon le Dr Damas, résidant à Damas (des affaires et de l'économie), Mudar Barakat, qui connaît la région en question, "l'établissement se compose d'un certain nombre de bâtiments. L'un d'eux est un institut d'enseignement. Ils sont très proches des maisons des gens autour. "

Si l'on croyait que les affirmations étaient exactes, les bombarder sauveraient-ils vraiment des vies syriennes, ou au contraire provoqueraient des morts en masse ? Où est la logique dans les installations de bombardement censés contenir des produits chimiques dangereux et toxiques dans ou près des zones densément peuplées ?

Concernant la nature même des bâtiments bombardés, les médias syriens, SANA, décrivent l'Institut de recherche des industries pharmaceutiques et chimiques comme «centré sur la préparation des compositions chimiques pour les médicaments contre le cancer». La destruction de cet institut est particulièrement amère sanctions, les ventes de médicaments contre le cancer en Syrie sont interdites.

Des entrevues avec l'un de ses employés, Said Said, corroborent la description faite par SANA de l'établissement qui fabrique des traitements contre le cancer et d'autres composants médicinaux. Un article inclut le point logique de Said: «S'il y avait des armes chimiques, nous ne pourrions pas rester ici. Je suis ici depuis 5h30 du matin en pleine santé - je ne tousse pas. "

De l'installation, le même article de SANA a noté que ses laboratoires avaient été visités par l'OIAC, qui a publié deux rapports annulant des réclamations de toutes les activités d'armes chimiques. C'est un point soulevé lors de la réunion du Conseil de sécurité des Nations Unies le 14 avril, soulignant que l'OIAC a "remis à la Syrie un document officiel confirmant que le centre de Barzeh n'était utilisé pour aucun type d'activité chimique". être en contravention avec les obligations de la Syrie concernant l'OIAC.

Attentats à la bombe contre Al-Qaïda et Jaysh al-Islam

Tout le prétexte des bombardements illégaux de la Syrie par les États-Unis et leurs alliés est immoral et imparfait. Il n'y a aucune preuve aux allégations que la Syrie a utilisé des produits chimiques à Douma. De nombreux analystes ont souligné l'évidence: la Syrie ne bénéficierait pas d'avoir utilisé des armes chimiques. Mais l'Amérique, Israël et ses alliés bénéficieraient d'attaques par étapes.

Le site Moon of Alabama a noté des divergences dans les vidéos diffusées sur les médias sociaux en tant que «preuves» de la culpabilité de la Syrie, notamment:

"Le" traitement "par les" rebelles ", en arrosant avec de l'eau et en administrant un peu de spray d'asthme, n'est pas professionnel et beaucoup de" patients "semblent n'avoir aucun problème réel. C'est le théâtre. Le vrai personnel médical est vu en arrière-plan travaillant sur un vrai patient. "

Le ministère russe de la Défense a publié des interviews avec deux hommes qui ont été inclus dans les images alléguant qu'une attaque chimique a eu lieu. Un des hommes, Halil Ajij, a dit qu'il travaillait dans l'hôpital en question, qu'ils avaient traité des gens pour une intoxication à la fumée, en disant: "Nous les avons traités, en raison de leur suffocation", notant également: "Nous n'avons vu aucun patient symptômes d'une intoxication à l'arme chimique », a-t-il dit.

Dans une interview accordée à Sky News le 14 avril, l'ancien ambassadeur britannique en Syrie, Peter Ford, a fait valoir que l'étape la plus élémentaire du jeu d'accusations est de permettre l'inspection proprement dite.

"La preuve que les armes chimiques ont été abandonnées est inexistante. Laissons les inspecteurs entrer et peut-être que dans quelques jours nous aurons un verdict mais le jury est toujours dehors. ... Je suis totalement confiant que les inspecteurs ne produiront pas un seul élément de preuve pour étayer les affirmations des Américains. Si les Américains avaient la preuve, ils l'auraient présentée. Ce qu'ils disent et ce que Mme May est en train de dire, c'est juste «nous croire sur parole, nous faire confiance». Il n'y a même pas de dossier douteux cette fois. "

Israël et l'Amérique profitent des attaques ... et se rendent coupables d'utilisation d'armes chimiques

Selon le secrétaire Mattis, l'attaque illégale menée par les États-Unis contre la Syrie "démontre la détermination internationale d'empêcher que des armes chimiques soient utilisées sur quiconque en aucune circonstance, en violation du droit international".

L'ironie ? L'Amérique et son proche allié Israël ont utilisé des armes chimiques contre des civils. Les Etats-Unis ont attaqué des civils au Vietnam et en Irak, pour ne citer que deux pays, avec des armes chimiques.

Si cela ne choque pas les citoyens américains, les milliards de dollars des contribuables américains envoyés en Israël et dépensés pour les bombardements de nations souveraines - et non pas pour les soins de santé appauvris ni pour les soins de santé abordables - devraient être indignés.

Cependant, comme l'a noté l'auteur Jonathan Cook, la question n'est pas seulement les menaces de Trump contre la Syrie:

"Il y a un soutien bipartisan pour cette folie. Hillary Clinton et les dirigeants démocrates aux États-Unis, ainsi qu'une grande partie du parti travailliste au Royaume-Uni, sont entièrement d'accord avec ces actions. En fait, ils ont poussé Trump à lancer des attaques. "

En ne s'attaquant pas aux forces russes en Syrie cette fois-ci, les États-Unis ont évité de justesse une confrontation militaire directe avec la Russie, qui aurait eu des ramifications mondiales, c'est le moins que l'on puisse dire.

La question est maintenant: l'alliance de changement de régime sera-t-elle stupide et cruelle pour soutenir une autre attaque chimique de faux-drapeaux dans leurs efforts incessants pour renverser le président syrien, ou abandonnera-t-elle le jeu et permettra le plein retour de la Syrie à la paix ? Les Etats-Unis et leurs alliés revendiquent leur inquiétude pour les civils syriens, mais font tout ce qui est en leur pouvoir pour faire en sorte que les civils souffrent du terrorisme et des sanctions.

Les déclarations, opinions et opinions exprimées dans cette colonne sont uniquement celles de l'auteur et ne représentent pas nécessairement celles de RT.

Reproduit de RT News.

dimanche 15 avril 2018

STAND OFF - Brendan Fraser, Colm Meaney, Martin McCann, Yaya DaCosta

https://www.youtube.com/watch?v=wE4ID_9GwDs

Brève : intervention franco-anglo-américaine en Syrie


le 14 avril 2018


J’ai dit cet après-midi à ma compagne que j’avais tout simplement honte d’être Français et je pense que les Anglais, retraités comme moi et ayant choisi de vivre à Tenerife, doivent également avoir honte d’être Anglais.

Macron et May sont de la merde, trois M, des petits chiens abattardis tenus en laisse par Washington. Ils devraient être mis en prison pour crimes contre l’humanité en agressant sans mandat des Nations-Unies un autre pays qui ne leur a jamais rien fait.

Un autre geste agressif et la France et la Grande-Bretagne seront vitrifiées par les bombes nucléaires russes ! Car une autre agression – celle de cette nuit était destinée à empêcher la commission d’enquête de faire son travail à Damas pour établir les cause de l’attaque chimique – sera le signal d’une troisième guerre mondiale qui sera fatale pour l’ensemble de l’humanité. En Espagne aujourd’hui, dans de nombreuses villes, des mouvements spontanés ont rassemblé des dizaines de personnes en silence pour manifester leur réprobation devant l’attitude des deux esclaves de Washington ci-dessus désignés.

Encore une fois j’ai honte d’être Français !

samedi 14 avril 2018

Comment on fabriquait une 2cv en 1990 (Argentine)


Pourquoi aujourd'hui elle n'est plus là ? Parce qu'il y a des voleurs, des pilleurs, des casseurs, bref des anti-français.

vendredi 13 avril 2018

Autoroutes - parking : Fraudes d'État


Après le stationnement payant pour les voitures voici venir celui pour les 2 roues avant de s'attaquer au 2 pieds qui s'arrêtent en plein milieu de rue pour parler à quelqu'un en vis-à-vis, téléphoner, regarder une vitrine, attendre pour traverser ou encore pour satisfaire un besoin pressant n'importe où !

Vous souriez ? Vous payez votre stationnement sur Terre pour dormir ! (impôts locaux) comme vous le faites le plus souvent pour vous déplacer ! Déclarez vous mort ! Vous serez exempté des applications de la dictature nazie, ou déclarez vous 'zombie' pour qu'on vous foute la paix !

jeudi 12 avril 2018

Levez vous !


Les 'hommes de l'ombre' sur une atmosphère très 'Orange mécanique' pour décrire un système de corruption et d'esclavage et montrer qu'au 21è siècle c'est tout le monde qui devrait être riche. Riche !



"Il n'y avait pas un seul cadavre": la Russie réclame une attaque chimique en Syrie

par Tyler Durden
Jeu, 04/12/2018 - 04:44


La Russie affirme que l'attaque chimique signalée en Syrie dimanche dernier a été orchestrée par les "casques blancs", une ONG financée par les Etats-Unis, saluée par les médias traditionnels pour son travail humanitaire, longtemps soupçonnée d'avoir accompli des actes humanitaires derrière le rideau.

Vladimir Tchizov, ambassadeur de la Russie auprès de l'UE, a déclaré: "Des spécialistes militaires russes ont visité cette région, ont marché dans ces rues, sont entrés dans ces maisons, ont parlé aux médecins locaux et ont visité le seul hôpital de Douma, y compris son sous-sol. les montagnes de cadavres s'entassent, il n'y avait pas un seul cadavre et même pas une seule personne qui soit venue se faire soigner après l'attaque.

"Mais nous les avons vus sur la vidéo !" répond Andrei Beketov, correspondant d'EuroNews.

"Il n'y a pas eu d'attaque chimique à Douma, pure et simple", répond Chizov. «Nous avons assisté à un autre événement organisé: il y a du personnel spécialement formé - et vous pouvez deviner par qui - parmi les soi-disant Casques blancs, qui ont déjà été pris sur le fait avec des vidéos mises en scène.

La Russie a indiqué qu'elle avait envoyé des experts en matière de guerre radiologique, chimique et biologique - ainsi que des médecins, afin d'inspecter la ville de Douma, dans la Ghouta orientale, où l'attaque aurait eu lieu.

Le ministère russe de la Défense a déclaré dans un communiqué que les experts n'avaient "trouvé aucune trace de l'utilisation d'agents chimiques" après une recherche sur les sites, ajoutant que "tous ces faits montrent ... qu'aucune arme chimique n'a été utilisée dans la ville de Douma, comme il a été revendiqué par les Casques blancs. "

"Toutes les accusations portées par les Casques blancs, ainsi que leurs photos montrant les victimes de l'attaque chimique, ne sont rien d'autre qu'une fausse nouvelle et une tentative de perturbation du cessez-le-feu", a déclaré le Centre de réconciliation russe.

Dans une déclaration au Conseil de sécurité de l'ONU le 9 avril, Vassily Nebenzia, ambassadeur des Nations Unies à Moscou, a souligné la position de la Russie sur l'attaque de Douma et la réaction de l'Occident après que les Casques blancs eurent déclaré:

Le 6 avril, le nouveau chef de Jaysh al-Islam, suivant les instructions des sponsors, a fait dérailler l'évacuation d'un groupe de combattants de Douma et a repris le tir de roquettes et de mortiers contre les zones résidentielles de Damas. Le tir ciblé [nom indistinct de quatre zones]. Selon les informations officielles, huit personnes sont mortes. 37 civils ont été blessés. Malheureusement, nous n'avons pas vu les déclarations des capitales occidentales condamnant le bombardement d'un quartier historique de Damas. Le lendemain, le 7 avril, des combattants ont accusé les autorités syriennes d'avoir largué des bombes-barils contenant des substances toxiques. En même temps, les détournements étaient mélangés. On l'appelait soit le sarin, le chlore ou un mélange de gaz toxiques. Basé sur un schéma bien connu, ces rumeurs ont été immédiatement retirées par ceux qui sont financés par des capitalistes occidentaux; Je parle des ONG et des Casques blancs qui agissent de manière mensongère sous le manteau des professionnels de la santé. Et ces rapports ont également été repris et transférés aux médias.

Il nous incombe encore une fois d'affirmer que beaucoup de ces structures douteuses ont une liste claire des adresses électroniques des représentants des membres du Conseil de sécurité, ce qui montre que certains de nos collègues, avec une approche imprudente de leur statut, transmettent des informations sensibles à leurs protégés Incidemment, tout le monde devrait se rappeler que les Casques blancs ont mis sur Internet une vidéo montrant les préparatifs d'une prétendue victime d'une attaque présumée perpétrée par l'armée syrienne.

En effet, au cours des dernières années, les reportages hors de Syrie ont été critiqués comme étant principalement d'origine anti-Assad et non vérifiés.

Dans un discours à l'ONU, Eva Bartlett, journaliste canadienne pro-Assad et collaboratrice à RT, a raconté ce qui se passait avec des reportages en provenance de Syrie - qualifiant les sources occidentales de «compromises» et de «non crédibles».

Par ailleurs, le Premier ministre britannique Theresa May a déclaré mardi au président Trump que la Grande-Bretagne aurait besoin de davantage de preuves lors de l'attaque chimique présumée du week-end avant de commettre une attaque militaire contre la Syrie, rapporte le Times.

Le Premier ministre a rejeté une riposte rapide alors que les inspecteurs de l'Organisation pour l'Interdiction des Armes Chimiques (OIAC) se préparaient à visiter la banlieue de Damas où au moins 40 personnes auraient été tuées par le gaz chloré samedi. -Les temps

May a présidé une réunion du Conseil de sécurité nationale à Londres cette semaine, où elle a parlé avec les présidents Trump et Macron pour la première fois depuis l'attaque chimique de Douma. Il est rapporté que Trump, qui a eu un changement de cœur remarquable sur l'implication des Etats-Unis en Syrie depuis les élections, n'a pas demandé au Royaume-Uni de participer à des frappes militaires.

Un numéro 10 de son appel avec le président américain a déclaré qu'ils étaient d'accord sur le fait que la communauté internationale «devait répondre», mais elle a arrêté de blâmer le régime syrien. "Ils ont reconnu que les rapports d'attaques chimiques en Syrie étaient totalement répréhensibles et, s'ils étaient confirmés, ils témoignaient de l'effroyable cruauté du régime Assad contre son propre peuple et du mépris total de ses obligations légales de ne pas utiliser ces armes". - The times

Le président Trump semble également avoir reculé d'une grève imminente après avoir promis que la Syrie «paierait un gros prix», et que la réponse des États-Unis serait décidée mercredi. Trump aurait annulé les plans de voyage après que des rapports eurent révélé que l'implication russe et iranienne en Syrie compliquerait les affaires dans la région.

Pendant ce temps, le secrétaire américain à la Défense, James Mattis, a déclaré que les Etats-Unis continuaient d'évaluer les informations sur l'attaque chimique présumée, affirmant dans un communiqué que "nous travaillons toujours sur ce dossier". Dans le même souffle, Mattis a déclaré que les Etats-Unis étaient "prêts" à fournir des options militaires pour la Syrie.

mercredi 11 avril 2018

Sur le seuil de la guerre - Paul Craig Roberts

par Tyler Durden
Mar, 04/10/2018 - 23:10
Auteur de Paul Craig Roberts,


MISE À JOUR: Il ne fait plus de doute que le gouvernement criminellement fou de Washington conduit le monde à la dernière guerre.



MISE À JOUR: En tant qu'Américains, nous devons faire face à la possibilité que nous ayons à Washington un gouvernement criminellement fou qui mène le monde à la destruction.

Un communiqué de presse du gouvernement russe:

De fausses informations sont en train d'être semées sur l'utilisation présumée du chlore et d'autres agents toxiques par les forces gouvernementales syriennes. Les dernières nouvelles fausses au sujet d'une attaque chimique sur Douma ont été rapportées hier. Ces rapports sont de nouveau référés aux célèbres casques blancs, qui ont été prouvés plus d'une fois pour travailler en étroite collaboration avec les terroristes, ainsi qu'à d'autres organisations pseudo-humanitaires dont le siège est au Royaume-Uni et aux États-Unis.

Nous avons récemment averti de la possibilité de telles provocations dangereuses. L'objectif de ces mensonges absolument dénués de fondement est de protéger les terroristes et l'opposition radicale irréconciliable qui a rejeté un règlement politique, ainsi que de justifier le recours éventuel à la force par des acteurs extérieurs.

Nous devons dire une fois de plus que l'ingérence militaire en Syrie, où les forces russes ont été déployées à la demande du gouvernement légitime, sous des prétextes fallacieux et artificiels, est absolument inacceptable et peut entraîner des conséquences très graves.

C'est l'interprétation de John Helmer de l'avertissement:

"LORSQUE L'ÉTAT DE DROIT A ÉTÉ DÉTRUIT A SALISBURY, A LONDRES ET A LA HAYE, ET QUE LA RÈGLE DE FRAUDE A ÉTÉ DÉCLARÉE A WASHINGTON, CELA NE LAISSE QUE LA RÈGLE DE FORCE DANS LE MONDE. LE STAVKA [le haut commandement des forces armées russes] EST MIS À MOSCOU LE BON VENDREDI ET EST PRÊT. LE MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES A ANNONCÉ LE DIMANCHE "LES CONSÉQUENCES LES PLUS GRAVES".

CELA SIGNIFIE UN PLAN AMÉRICAIN D'UN SOLDAT RUSSE, PUIS NOUS SOMMES À LA GUERRE. PAS D'INFOWAR, PAS DE CYBERWAR, PAS DE GUERRE ÉCONOMIQUE, PAS DE GUERRE DE PROXY. GUERRE MONDIALE."

J'espère que la situation n'est pas si grave.

Au seuil de la guerre

"La vision russe est simple: l'Occident est gouverné par une bande de voyous soutenus par un médium infiniment menteur et hypocrite alors que le grand public occidental a été désespérément zombifié." - The Saker

"Les généraux américains, contrairement aux politiciens américains et aux médias et à l'administration américaine, sont averses au risque si le résultat peut être catastrophique." - Gilbert Doctorow

Ci-dessus sont deux des trois experts russes les plus intelligents et fiables. Le troisième est le professeur Stephen Cohen, qui s'inquiète, comme moi, qu'un Washington arrogant noyé dans l'orgueil pousse la Russie à la guerre.

Le Saker a conclu que les Russes ont conclu que c'était une erreur de supporter les mensonges, les insultes et les événements orchestrés de Washington et ont décidé que si les Américains stupides attaquent la Syrie, la Russie va retirer les forces américaines impliquées.

Doctorow a conclu que, tout aussi stupide que Washington, les chefs d'état-major interarmées américains ont plus de sens et ne vont pas de pair avec une attaque contre un allié russe.

J'espère que Doctorow a raison. Cependant, avec ce belliqueux fou fou John Bolton assis à la Maison Blanche à côté de Trump, qui jouit du rôle de dur, je suis plus effrayé par la lecture du Saker que je suis rassuré par Doctorow.

Il y a des rapports, dont je ne peux pas confirmer la validité pour le moment, que l'ensemble de l'armée russe a été mise en état d'alerte, pas seulement les forces russes en Syrie. Voir ici par exemple.

Les menaces de Nikki Haley contre la Russie à l'ONU ne soutiennent pas les espoirs de Doctorow que la raison prévale à Washington. La chienne folle a dit que les États-Unis agiraient contre le "monstre" Assad avec ou sans l'ONU.

L'homme dur Trump, assis à côté du belliciste féroce Bolton, a déclaré que l'attaque chimique présumée en Syrie "sera satisfaite et elle sera rencontrée avec force. Nous ne pouvons pas laisser des atrocités comme nous en avons tous été témoins ... nous ne pouvons pas laisser cela se produire dans notre monde, surtout à cause de la puissance des États-Unis, nous sommes capables de l'arrêter. "

Il n'y avait aucune attaque chimique par la Syrie. Je sais que pour un fait absolu à 100%. Je parierais ma vie dessus. Pourtant, voici le président américain déclarant un non-fait total pour être quelque chose "nous avons tous été témoins." Pas étonnant que les Russes aient conclu que l'Occident est dirigé par une bande de voyous soutenus par un médium infiniment menteur et hypocrite tandis que le grand public en Occident a été désespérément zombifié.

Si Doctorow n'a pas raison d'affirmer que les chefs d'état-major des États-Unis vont l'emporter sur le président fou et son conseiller à la sécurité nationale, nous nous dirigeons vers la guerre.

C'est une guerre que les États-Unis ne gagneront pas.

Remarquez, chers lecteurs, qu'il n'y a aucune mention de cette crise en suspens dans les médias occidentaux. Au lieu de cela, les médias, que ce soit CNN ou la BBC, ont pour principale histoire le raid du FBI sur l'avocat de Trump.

Les Américains insouciants sont trop doux, n'est-ce pas? Clueless est le mot correct.

mardi 10 avril 2018

L'hiver qui ne va pas cesser

Par le Dr Mark Sircus
DrSircus.com
10 avril 2018



Il est temps de prêter attention au changement climatique froid - la réalité de la vie que nous allons tous vivre. Ce mois-ci, c'est le début d'un rhume qui va refroidir la terre et tous ses habitants. C'est le printemps à Manhattan dans la photo ci-dessus, où à Central Park ils ont eu leur plus grande tempête de neige d'avril en 36 ans. Maintenant, nous sommes bien dans le printemps et le froid, les conditions hivernales sont encore ce que la plupart des Américains doivent faire face.

Au fur et à mesure que nous avançons au printemps, il fait beaucoup plus froid que ce à quoi nous nous attendrions dans une planète qui se réchauffe sérieusement. Les gros titres du week-end du 7 avril se lisent comme suit: Le froid et la neige d'avril «ridicules» record frapperont le nord-est des États-Unis ce week-end «Les températures dans la ville de New York devraient tomber jusqu'à 20 degrés sous la normale. L'explosion de l'Arctique sera assez froide pour déverser de la neige de Washington à Boston. Le temps le plus rude devrait frapper le nord et le centre des États-Unis, les températures chutant de 30 degrés sous la normale. "

Le 3 avril 2018, nous avons reçu un avis de gel pour l'Oregon, la Californie, le Texas et l'Oklahoma. Cela signifie que des températures sous le point de congélation sont possibles. Ces conditions pourraient tuer les cultures et autres végétations sensibles.

La courte saison de la pomme de terre royale de Jersey, généralement d'avril à la mi-juillet, a été affectée par de fortes gelées et a presque doublé la moyenne des précipitations sur 30 ans en décembre et janvier, ce qui laisse les sols saturés et «indésirables à planter». Le temps froid du printemps et de l'hiver a retardé la saison des pommes de terre d'au moins trois semaines. Retard et perte de récolte «sans précédent» - Le rendement pourrait être jusqu'à 20 % inférieur.

À la fin du mois de mars, l'air froid a couru vers le sud à partir des records de température froide enregistrés dans l'Arctique à travers l'État de l'Alaska. À Fairbanks, le NWS a enregistré un creux record de 2 degrés Fahrenheit (moins 16 degrés Celsius) le 28 avril. À l'est de Fairbanks, la ville d'Eagle a atteint un creux record de moins 5 degrés F (moins 20° C). Les températures froides sont inférieures de 20 degrés à la normale, a déclaré le NWS. Sur la rivière Nenana, la glace coule environ 10 pouces de plus ou plus que ce qui est typique pour cette période de l'année.

Blâmer le jet stream. Blah Blah Blah. "La neige record et le froid en dessous de la moyenne sont dus à un creux ou un creux dans le courant-jet, qui a provoqué des explosions d'air glacial jusqu'à la frontière mexicaine", a déclaré Jeff Weber, chercheur à l'Université de recherche atmosphérique. à Boulder, au Colorado.

Cela ne pourrait-il pas être dû au refroidissement global ? Le réchauffement de la planète a été un exercice évident dans l'ingénierie massive du contrôle de l'esprit ou une autre façon de voir comment il est facile de manipuler l'imagination des autres pour faire marcher les gens, même les scientifiques et les médecins.

Les Prairies canadiennes encore en -27 ° C, le printemps n'étant PAS en vue et les chutes de neige annoncées dans le sud de l'Alberta, le 20 avril, il faudrait jusqu'à 20 cm (8 po) de blanc. Avec des chutes atteignant -27° C (-16,6° F) avec le refroidissement éolien aujourd'hui dans certaines parties de la Saskatchewan et du Manitoba, le climatologue principal d'Environnement Canada dit qu'il a été surpris de voir combien l'hiver dure dans les Prairies.


C'est le matin du 8 avril 2018 sur cette image. Un autre coup de vent de l'air très froid selon les normes d'avril pénètre pratiquement tout le continent américain, ce qui signifie que des centaines de millions de personnes se demandent vraiment si nous vivons dans la période la plus chaude de l'histoire. Nous ne sommes pas comme toute enquête approfondie de la science du climat et des récents spectacles d'histoire du temps. Les vents froids du week-end dernier sont plus typiques de février. On se sent comme les adolescents jusqu'en Oklahoma samedi, et ça ressemble à des chiffres à un chiffre pour une grande partie des États-Unis.

Les Canadiens doivent encore composer avec les conditions hivernales. Selon Environnement Canada, trois endroits - Red Deer, Grande Prairie et Pincher Creek se souviendront de samedi comme étant le 31 mars le plus froid jamais enregistré. Un front froid a traversé le coin sud-ouest de la province samedi matin en baissant les températures dans des endroits comme Cardston de 15 degrés en moins d'une heure. Grande Prairie a chuté à -30° C durant la nuit, brisant un record de 83 ans. Pincher Creek a atteint -21 ° C, un record de 82 ans, et Red Deer a atteint -22 ° C, battant un record de -19,4 ° C établi en 1975.


Dans l'image ci-dessus, le modèle GFS prévoit des écarts moyens de température de 10 jours par rapport à la normale pour la période du 4 avril au 13 avril. La prévision des écarts de température par rapport à la normale est moyenne sur les 10 prochains jours. degrés F en dessous de la normale. Sur la plupart des jours individuels de la période, certaines zones seront de 20-30 degrés. F inférieur à la normale.

L'Alberta bat des records de froid de 83 ans Nous voyons que c'est le mois de mars le plus froid depuis 1962 dans certaines parties de la Suède et nous avons de la neige dans certaines parties de l'Arabie Saoudite. Record de froid à Stockholm. Les températures ont fortement baissé ces dernières nuits dans la péninsule scandinave. Le 3 avril, Stockholm a affiché une température basse record de -7,9 ° C, battant le précédent record de -6,6°C établi en 1961. Et nous avons eu un froid record à Fairmont, Minnesota où le mercure a chuté à 6 degrés F (-14° C) le deuxième avril. Cela brise l'ancien record de 14 degrés F (-10° C)

La tromperie climatique est un crime contre l'humanité

Partout dans le monde des médias, nous avons des rapports ridicules qui répètent comme des mantras la religion (et non la science) du changement climatique, qui est un paradigme de la couverture de la fraude du réchauffement climatique d'origine humaine. Le déni de changement climatique n'existe pas, car le climat et la météo changent constamment, mais il y a des tendances, qui sont en baisse en termes de températures pour les prochaines décennies.

Nous continuerons à lire, peu importe comment il fait froid et combien de récoltes sont ruinées, des communications comme celle-ci du New York Daily News: «Malgré le froid anormal, les températures dans l'hémisphère nord sont en général plus chaudes que normal, signalant que ce front froid ne nie nullement le réchauffement global de la planète. "

Je me demande ce qui va arriver ou ce qui devrait arriver à des organisations comme The Huffington Post qui dirige la meute de prédicateurs du changement climatique. «Quatre-vingt-dix-sept pour cent des recherches évaluées par des pairs sont d'accord avec la conclusion que les émissions provenant de la combustion de combustibles fossiles, de la déforestation et de l'agriculture industrielle enveloppent la planète de gaz piégeant la chaleur, causes de l'augmentation des températures planétaires. Une revue de recherche publiée en novembre 2016 a révélé des failles importantes dans les méthodologies, les hypothèses ou les analyses utilisées par les 3 % de scientifiques qui ont conclu autrement. »(Vraiment difficile de ne pas en rire)

Cette fois, ils s'attaquent aux nouvelles positions de l'EPA sur le changement climatique, qui selon les publications ne sont pas ancrées dans la science. Ce qu'ils croient, c'est qu'au cours des trois dernières décennies, une campagne de désinformation de style «gros tabac» financée principalement par des intérêts pétroliers, gaziers et houillers a alimenté le débat politique sur l'intégrité du consensus scientifique. C'est vraiment une blague qui a été jouée sur nous parce qu'il n'y avait jamais rien de proche d'un consensus scientifique que des gens stupides faisant et croyant en des choses stupides. La religion scientifique n'a rien à voir avec la science, mais elle a tout à voir avec les systèmes de croyances anthropiques qui étaient politiques - à commencer par le célèbre politicien Al Gore.

S'il vous plaît visitez mon nouveau site Cold Climate Change. Et pour les mises à jour quotidiennes sur les nouvelles du climat froid, allez à https://www.iceagenow.info

Je suggère que tous les médecins et les patients osent des traitements pour l'humidité froide et le vent.

La plupart des gens ne croient pas à la fraude climatique liée au réchauffement de la planète

Une nouvelle enquête Gallup montre que les électeurs indépendants sont moins préoccupés par le changement climatique qu'il y a un an. Au cours de la dernière année, les indépendants sont devenus moins enclins à accepter que le réchauffement climatique se produit et que les humains sont la cause, et moins susceptibles de percevoir qu'il existe un consensus scientifique sur le réchauffement climatique. Le gouvernement américain se retire officiellement de l'escroquerie causée par le réchauffement climatique.

Ce qui signifie qu'ils n'achètent pas l'arnaque du réchauffement climatique et toutes les craintes entourant cette fausse prémisse. La presse insiste sur le fait que "le réchauffement de la planète n'est ni une erreur machinée ni même vraiment débattue à ce stade", ce qui est ridicule. C'est exactement ce que nous attendons des médias qui ont renoncé aux vraies nouvelles et à la vraie science.

Il va frapper là où ça fait le plus mal

Grâce à la livraison «juste à temps», la plupart des magasins ne conservent que 3 jours de nourriture sur place. La civilisation est seulement "neuf repas loin de l'anarchie", a déclaré le chef de l'Agence de campagne du Royaume-Uni, Lord Cameron de Dillington. Le Seigneur a tellement aimé la déclaration qu'il l'a répété en 2007, encore une fois à la couverture médiatique généralisée, avertissant que le troisième jour, «il y aura des rats, du chaos, et peut-être même des meurtres».

L'alarme de Lord Cameron résonne d'une peur: que le vernis de l'ordre, de la complaisance et de la civilisation dépende de la disponibilité facile et sans effort de la nourriture, elle-même accrochée à des itinéraires de transit qui peuvent être fermés à tout moment. Les réactions en chaîne pourraient être critiques avec une rapidité effrayante, à la fois en raison du court délai entre la perturbation et l'effondrement d'un système logistique, et le court délai entre la civilité et la panne civile lorsque la nourriture s'épuise.

Pour de nombreuses raisons, les prix des aliments ont continué de grimper. Cependant, avec une récolte dévastée de saisons de croissance raccourcies, ce qui pourrait arriver dès cette année, ce sera un enfer froid et non chaud qui choquera les populations terrestres.

Ce pourrait être l'année, nous devrons voir, qui balaiera la foule de réchauffement global dans un placard ou peut-être une prison car elle soudainement se rend compte à l'humanité que cela a été un mensonge. S'il ne se réchauffe pas tôt ce printemps, ou si nous avons un été moins l'été, nous aurons des convulsions agricoles dont la plupart des utilisations devront souffrir chaque fois que nous nous asseyons à la table pour manger. Les cultures sont déjà très menacées au Canada et ailleurs.

Reproduit avec la permission de DrSircus.com.