- ENTREE de SECOURS -



mercredi 31 octobre 2012

Comment vous faire l'article ?

Les actualités font plutôt peur. Les élections qui approchent aussi. Pourquoi ? Les électeurs douteraient-ils du Q.I. du candidat qu'ils auraient choisi ? A vrai dire, la suspicion installée vient plutôt de l'apparition subite d'un candidat presque inconnu de tous mais qui - plus riche que les autres concurrents - s'est porté tout seul au devant de la scène ! N'est-ce pas d'ailleurs ce qu'il se passe dans tous les pays ? Le doute s'installe même dans ceux que vous avez connu et aimé pour leurs idées avant-gardistes/révolutionnaires et qui - se retrouvant maintenant au second plan - vont jusqu'à vous conseiller de votez pour... pour qui déjà ? Comment il s'appelle ce nouveau sorti de nulle part et qui aurait les mêmes idées que son adversaire ?(!). Donc, aux prochaines élections, vont être comptés/comptabilisés le nombre de cons qui votent ! et de là, on pourra tirer un pourcentage réel de la population totale (y compris les cons qui votent par procuration !).
. 
Tous les jours (là, je parle du web et non des médias), ils sont quelques poignées de dizaines d'économistes/politologues et tâteurs du gros jambon sachant côtoyer les grosses légumes pour vous servir mieux que tout autre restaurateur leur plat du jour "emballé c'est vendu" comme les "tombés du camion" à décrire finement les complexitudes du quotidien et de ce qui vous attend quand vous l'aurez lu. De quoi s'en lécher les babines ! Mais voilà !... ils ne sont même pas dans la liste des 'zorro/masque-de-fer et plume-au-canon' que vous attendiez ! Mais, quand même merci de prévenir.
. 
Le côté 'rassurant' du chômage est que - malgré son nombre exponentiel d'inscrits au fan-club des allocations - contrairement au pourcentage de la dette à certains pays qui dépasse les 300 ou 400% du PIB, le nombre de sans travail ne dépassera jamais les 100% ! (Ouf !). Mais, oublions là ces savantes mathématiques que le nombre de votants dépasse celui des inscrits ou que le plus gros pourcentage de gens qui ne paient pas d'impôt se trouve chez les riches et non chez ceux qui gagnent rien, pour en venir en France où le prix de la bière va monter de... 20% !!! et qui a de quoi faire fermer les derniers cafés qui restent. Même si l'enterrement des brasseries se fera en grandes pompes et que la pression y sera pour casser la gueule au premier qui se dit de gauche, après l'interdiction de fumer (même dans les chiottes des hôpitaux et pourquoi pas dans les cimetières !) les lieux de rencontre ne se feront que sur le net où les Dirigeants peuvent mieux écouter ce qui se dit chez les plus nombreux.
. 
Donc, me direz vous, si le nombre de chômeurs dépasse celui de ceux qui travaille, comment va t-on faire ? Donc là, vous vous attendez à ce que je vous expliquasse que la problématique n'en est pas une puisque depuis longtemps le total des chômeurs additionné de celui des fonctionnaires dépasse celui des travailleurs et que le miracle de la machine a porté ses fruits (depuis longtemps). Votre pays est en faillite ? Qui vous a fait croire cette connerie ? Regardez simplement tout l'argent qui tous les jours est jeté par les fenêtres (constructions de ronds-points, piscines, stades, palais des congrès, etc, et dites-moi après çà si votre pays "n'a pas de pognon" ?!) et salaires augmentés chez les Dirigeants et fusées sur la lune et passerelles spéciales pour charançons dorés qui voudraient traverser la route !
. 
C'est chiant, je vous l'accorde, c'est comme pour la reine d'Angleterre, il n'y a pas besoin de l'élire pour être sur le trône, ni d'attendre ce qui va sortir pour regarder ce que c'est.
J'ai le même chez moi mais en poster !

mardi 30 octobre 2012

Tempête du désert

"Tempête du désert". Tout est dans le titre: "Il n'y a rien, mais on y fait la guerre" ! Suffit d'un peu d'imagination pour s'inventer n'importe quoi. Mais là où est la différence entre un jeu virtuel et la réalité, c'est que dans le second cas les joueurs (ou prétendus participant de leur plein gré) vont disparaître irrémédiablement en cours ou fin de jeu.
Ainsi vit le jour du premier marché des matières premières qui - dans un premier temps a eut l'acceptabilité de tous vu que les exploitants agricole, miniers ou pétroliers auraient risqué de s'entendre entr'eux pour 'faire leurs prix' et ainsi mettre les consommateurs en voie de soumission - donc, cette dépendance évitée, les citoyens du monde ont accepté cela. Soit. Mais, cela n'était sans imaginer les conséquences de l'introduction de la mafia jusqu'aux sommets de la Direction.
Nous savons tous depuis de longues décennies que les matières premières (pétrole, gaz, blé, maïs, riz, eau, énergie, etc/dans lesquelles il faudra bientôt inclure l'Homme si ce n'est déjà fait ! et le prix de l'air !) ont depuis longtemps faits leurs preuves que désormais les machines existent et que depuis longtemps les prix devraient stagner à leur plafond voire descendre mais JAMAIS MONTER ! Or, ce n'est pas le cas ! La dictature mafieuse des escrocs au pouvoir a, régulièrement, fait monter les prix (croissance des marges) sans jamais pouvoir justifier cette augmentation !
Ainsi, peut-on voir (ou découvrir pour certain(e)s) les prix des carburants au Vénézuéla qui vont de $0,011 le litre pour le diesel (0,0084€/l. soit: 0,84€ les... 100 litres !!) à $0,023/l. pour le 95
Tout est dans la transhumance. "Le transport de l'horreur" et le déplacement des matières premières. Ces 'changements de prix' (moins de 0,50€ la tonne transportée par voies maritimes sur 1000 km) font que les coûts d'arrivée sont 'très différents' du départ. Là, évidemment, sont intervenus 'les prix du marché', marchés truqués ne reflétant en rien les fameuses opérations mathématiques de l'offre et de la demande. Nous l'avons vu dernièrement pour le marché de l'or où - malgré les tensions internationales d'une guerre à venir (USA/Iran), l'approche d'élection (6 Novembre) et les drones/achats massifs de munitions et les milliers de cercueils 'familial' en Georgie (entr'autres) - son prix n'a pratiquement pas augmenté ! Excuses faites (fabriquées) par la présence de tungstène dans les lingots/présence problématoires des réserves en voûtes, sans compter sur la grève surprise aux mines d'Afrique du Sud et possibilité de confiscation de l'or qui n'ont fait monter le prix ! Çà alors !?
L'ère est donc aux investissements dans les marchés truqués qui feront de vous le plus riche de tous les temps (à condition d'avoir des amis 'haut placés') ou ruiné/endetté (pour des générations !) dans le cas fort décevant où vous n'avez connu la taule.
Ainsi, alors qu'existe la technologie scalaire qui permet entr'autres de pousser les nuages et faire ou défaire des cyclones, voilà qu'arrive Sandy sur les côtes Est américaines !! Après la sécheresse qui s'est abbattue sur plus de la moitié des USA, çà fait un peu gros et un peu trop, non ?
Ainsi le marché de la céréale prend-il un nouvel essor et dont les prix du blé, maïs entr'autres ne redescendrons... jamais !
Bizarre que d'autres pays (pour pas dire tous !) ne s'intéressent pas à ce modernisme imaginé et conçu par Tesla. Cela n'est même pas un sujet d'actualités ou de reportages ! Çà alors ?!
Donc: résultat des courses, on s'est fait avoir sur la marchandise et sur les Dirigeants qui se font élire. C'est "Job Inside" comme ils disaient le 11 Septembre.
-------------------
et
http://huemaurice5.blogspot.fr/2012/08/vous-avez-dit-voitures-electriques.html

La fin du Bounty



http://www.zerohedge.com/news/2012-10-30/east-coast-pictures-morning-after

lundi 29 octobre 2012

La récupération virtuelle

29 octobre 2012
 
Depuis la mi-2009 aux États-Unis a bénéficié d'une reprise de courtoisie virtuelle d'une mesure de l'inflation sous-estime truqué que l'inflation. La cuillère financière Presstitutes de la propagande du gouvernement selon laquelle les prix augmentent moins de 2%. Mais toute personne qui achète la nourriture, le carburant, les soins médicaux ou quoi que ce soit d'autre sait que l'inflation basse n'est pas plus réelle que Saddam Hussein d'armes de destruction massive ou de prétendues attaques de Kadhafi contre les manifestants libyens ou d'armes nucléaires de l'Iran. Tout est un mensonge pour servir les courtiers en électricité.
 
Sous l'administration Clinton, les économistes républicains ont poussé par un changement dans la façon dont l'IPC (Indice des prix à la consommation) est mesuré afin d'économiser de l'argent en privant les retraités de la sécurité sociale de leur coût de la vie d'ajustement. Auparavant, l'IPC mesure la variation du prix d'un niveau de vie constant. La nouvelle mesure suppose que les consommateurs à s'adapter à la hausse des prix en réduisant leur niveau de vie par la substitution de moindre qualité, des prix plus bas des articles. Si le prix, par exemple, de la bande de New York steak monte, les consommateurs sont supposés remplacer le steak de qualité inférieure ronde. En d'autres termes, la nouvelle mesure de l'inflation maintient l'inflation en reflétant une norme abaissée de vie.
 
Statisticien John Williams ( shadowstats.com ), qui suit de près la collecte et la diffusion des statistiques officielles américaines, les rapports économiques que l'inflation, telle que mesurée par la méthodologie de 1990 représentant du gouvernement a été en cours d'exécution à environ 5%. Si la méthodologie officielle 1980 pour mesurer l'IPC est utilisé, John Williams rapporte que le taux actuel de l'inflation américaine est d'environ 9%.
 
La figure 9% est plus conforme à l'expérience des gens dans les épiceries.
 
Officiellement, la récession qui a débuté en 2007 a pris fin en Juin 2009, après 18 mois, rendant la récession la plus longue récession de Bush depuis la Seconde Guerre mondiale. Cependant, John Williams dit que la récession n'est pas terminée. Il dit que seule la déclaration du PIB, déformée par une mesure erronée de l'inflation, montre une reprise. D'autres mesures plus fiables de l'activité économique, ne montrent pas de reprise.
 
Williams rapporte que l'économie a commencé à tourner en baisse en 2006, en baisse plus faible en 2008 et 2009, et de bas en rebondissant depuis. Non seulement y a t-il aucun signe de reprise, mais «le ralentissement économique intensifie maintenant une fois de plus." L'absence d'une reprise économique "est évidente dans la [officielle] des rapports de presque toutes les séries économique majeur. Pas une de ces séries montre un modèle d'activité qui confirme le redressement [illustré] dans la série du PIB. "
 
Williams conclut que «la reprise officielle est simplement une illusion statistique créé par l'utilisation par le gouvernement de l'inflation sous-estimée dans le dégonflage du PIB." En d'autres termes, les gains rapportés au PIB sont comptabilisés par la hausse des prix, augmente non de la production réelle.
 
Le résultat de la tromperie économique du gouvernement des États-Unis est la même que la déception de Washington a utilisé pour lancer des guerres partout dans le Moyen-Orient. La propagande du gouvernement produit une réalité imaginaire virtuelle qui n'a aucun rapport avec la réalité réelle. Dans l'histoire il y a eu de nombreux gouvernements qui ont prévalu en trompant les gens, mais Washington a déplacé ce succès à un nouveau sommet. Tant que les Américains croient rien dit à Washington, ils sont condamnés.
 
Il est facile de voir pourquoi il n'y a pas de reprise économique et ne peut pas être une reprise économique. Regardez le tableau ci-dessous (avec la permission de John Williams, shadowstats.com ).
 
 
Le revenu réel médian des ménages à la fin de l'année 2011 est de retour où il était en 1967-68. En outre, Williams a dégonflé le revenu du ménage pour obtenir sa valeur réelle à l'aide de la mesure officielle de l'inflation, ce qui sous-estime considérablement l'inflation. Si Williams a utilisé la méthodologie de 1990 ou 1980 officiel du gouvernement pour calculer l'indice de prix à la consommation, les revenus réels médians des ménages afficheraient une baisse plus importante.
 
En outre, le faible revenu réel 2011 médian des ménages est la somme, dans la plupart des cas, de deux soutiens de ménage, alors en 1967-68 un soutien économique pourrait produire le même revenu réel. Comme prix Nobel d'économie Gary Becker, mon ancien collègue comme chroniqueur Business Week, a fait remarquer, lorsque le mari et la femme doivent travailler afin de maintenir le même pouvoir d'achat, le revenu des ménages des services de l'épouse ménagers en nature est éliminé. Par conséquent, la mesure monétaire du revenu des ménages à deux revenus exagère, car il n'est pas adapté pour les avantages perdus auparavant fournis par la femme qui à la maison de la maisonnée.
 
Les Américains sont beaucoup plus opprimés par les détenteurs du pouvoir à Washington que l'affichage des statistiques. En outre, les jeunes sont nés dans l'oppression, l'exploitation et le système américain ne connaissent rien d'autre. Ils sont nourris par les médias Presstitute avec une propagande sans fin sur la chance qu'ils ont et comment indispensable de leur pays est merveilleux. Américains sont maintenus dans un état constant de distraction, et beaucoup n'ont jamais saisir la perte de leurs libertés civiles, les possibilités d'emploi et de carrière, et le respect que les Etats-Unis a gagné pendant la guerre froide depuis des décennies avec le communisme soviétique.
 
Le 13 Septembre, le président de la Réserve fédérale Ben "Helicopter" Bernanke a annoncé quantitatifs 3 assouplissement. Bernanke a déclaré que la reprise est fragile et a besoin de plus de stimulation de la Fed. Il a dit que la Fed va acheter 40 milliards de dollars d'obligations hypothécaires par mois afin de stimuler les taux d'intérêt inférieur au taux d'inflation et d'aider à vendre plus de maisons.
 
Mais comment voulez-vous vendre des maisons à des ménages qui reçoivent de 1967-1968 avec les niveaux de revenu réel et qui n'ont absolument aucune sécurité d'emploi ? Leur entreprise peut être reprises et délocalisées demain ou ils peuvent être remplacés par des travailleurs étrangers sur visas H-1B. Les prix des logements ont baissé, mais pas à 1967-68 les niveaux.
 
L'annonce de Bernanke que l'achat de la Fed d'obligations hypothécaires est de stimuler le logement et l'économie de la désinformation. Bernanke est l'achat des obligations afin de stimuler les valeurs des dérivés et des instruments de la dette dans les portefeuilles des banques. La baisse des taux augmenter la valeur des titres de créance sur les bilans des banques. En privant les épargnants américains d'un taux d'intérêt réel sur leur épargne, Bernanke rend les banques éclaté regarder solvant.
 
C'est ce qui se passe dans «la liberté et la démocratie» en Amérique. La grande majorité des Américains, en particulier les retraités, sont contraints de consommer leurs économies et de puiser dans leur capital, car ils peuvent avoir aucun intérêt réel sur leurs économies. Les bénéficiaires sont les banksters, qui peuvent emprunter à des taux d'intérêt proches de zéro, les consommateurs de charge de 16% sur leurs cartes de crédit, et l'utilisation des largesses de la Réserve fédérale de spéculer sur les swaps de taux d'intérêt et des swaps sur défaillance de crédit. Les contribuables américains détiennent le sac pour paris les banksters »découverts.
 
Souhaitez-vous pas jouer si les contribuables américains ont dû couvrir vos paris, mais vos gains sont vous seul ?
 
L'avenir de l'ordre politique américain est mis en doute. Le régime Bush et Obama ont tellement abusé de la Constitution et du droit écrit, que l'Amérique de Ronald Reagan qui nous reste n'existe plus. L'Amérique est sur le chemin de l'effondrement ou la tyrannie.
 
Supposons qu'un miracle produit une reprise économique. Que deviennent les énormes réserves excédentaires des banques que la Réserve fédérale a fourni aux banques ?
 
Si ces réserves bancaires sont utilisées pour étendre les prêts, la masse monétaire sera supérieure à la production de biens et de services, et l'inflation va augmenter.
 
Si la Fed tente de prendre les réserves excédentaires sur le système bancaire en vendant des obligations, les taux d'intérêt augmenteront, ce qui détruit la richesse des détenteurs d'obligations et le drainage des liquidités du marché boursier. En d'autres termes, une autre dépression qui efface la richesse restante américain.
 
La Réserve fédérale annonce d'un QE3 montre que la Fed va continuer à créer de la monnaie afin de protéger la valeur des actifs des banques insolvables douteuses. La Réserve fédérale représente les banksters, et non pas le public américain. Comme chaque institution gouvernementale américaine d'autre part, la Réserve fédérale est bien loin de préoccupations au sujet de citoyens américains.
 
À mon avis, l'achat de la Réserve fédérale des obligations afin de faire baisser les taux d'intérêt a produit une bulle sur le marché obligataire qui est plus grand que l'immobilier et les bulles dérivés. Sur le plan économique, il est absurde d'une obligation d'effectuer un taux d'intérêt réel négatif, surtout lorsque le gouvernement émet l'obligation est en cours d'exécution d'importants déficits budgétaires qu'il semble incapable de réduire et, lorsque la banque centrale est la monétisation de la dette.
 
La bulle a été protégé par l'euro "crise", qui est peut-être plus d'une crise virtuelle que réelle. La crise de l'euro a provoqué l'argent pour se réfugier en dollars, soutenant ainsi la valeur du dollar alors même que la Réserve fédérale imprime l'argent pour acheter le flux incessant des obligations des gouvernements à financer des billions de dollars en plus du budget annuel des déficits, soit environ 5 fois les «déficits» de Reagan que Wall Street allégués ruinerait l'économie américaine.
 
En effet, la valeur d'échange du dollar américain est en soi une bulle prête à éclater. La forte hausse du prix du dollar en or et argent depuis 2003 indique une fuite du dollar américain. (Le tableau est une gracieuseté de John Williams, shadowstats.com.)
 
La bulle du marché obligataire apparaîtra si la bulle du dollar apparaît. La Réserve fédérale ne peut soutenir la bulle du marché obligataire en achetant des obligations, et il n'y a pas de limites à la capacité de la Réserve fédérale à acheter des obligations. Cependant, la monétisation de la dette sans fin, même si l'argent est bloqué dans les banques et ne trouve pas sa place dans l'économie, les détenteurs étrangers de spook pouvez actifs libellés en dollars.
 
Les banques centrales étrangères peuvent décider qu'elles veulent tenir moins d'argent et plus de métaux précieux que leurs réserves. D'autres pays, sentant la fin du dollar des États-Unis, s'organisent pour mener leur commerce sans l'utilisation de la monnaie de réserve du monde. Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud ont l'intention de mener leur commerce avec l'autre dans leur propre monnaie. La Chine et le Japon ont également négocié pour régler leur balance commerciale avec l'un l'autre dans leurs propres monnaies.
 
 
Ces accords de réduire considérablement l'utilisation du dollar américain dans le commerce international et, par conséquent, la demande de dollars. Lorsque la demande diminue, il en va de prix, à moins que les psys d'approvisionnement. Mais la Réserve fédérale a annoncé, pour l'essentiel, l'offre illimitée de dollars américains. Nous sommes donc confrontés à un paradoxe. Le dollar américain est censé rester valable en dépit de son énorme augmentation de l'offre.
 
En outre, la Chine, le plus grand créancier de l'Amérique et dans le passé un acheteur fiable de bons du Trésor américain, détient quelque deux milliards de dollars en actifs libellés en dollars, principalement des obligations du Trésor. Comment Washington est de traiter son plus grand créancier étranger ? Pas avec satisfaction ou de déférence. Washington a entouré la Chine avec des bases navales et aériennes, de s'ingérer dans les litiges de la Chine avec d'autres pays, et intenter des actions artificielles contre la Chine dans l'Organisation mondiale du commerce. Washington prétend que les entreprises américaines désertent les Etats-Unis en raison de la baisse du coût du travail en Chine, mais en raison de chinoises "subventions" aux firmes délocalisées des États-Unis.
 
Dans mon Avril 30 column, "Brasser un conflit avec la Chine», j'ai écrit que Washington voudrait substituer une guerre froide avec la Chine pour les guerres chaudes au Moyen-Orient. Le problème avec les guerres chaude est la perte de face superpuissance de l'incapacité de Washington à l'emporter au bout de onze ans, et bien que les guerres chaudes sont rentables pour le complexe de sécurité / militaire, les guerres ne génèrent pas le niveau des bénéfices qui découleraient d'un high-tech course aux armements avec la Chine. En outre, Washington estime que détourner les investissements chinois à l'économie en un renforcement militaire permettrait de ralentir la vitesse à laquelle l'économie chinoise est le dépassement de l'économie américaine.
 
Et si au lieu de prendre l'appât de Washington, la Chine vise Washington talon d'Archilles dollar rôle en tant que monnaie de réserve et décide qu'il est moins cher de jeter un billion de dollars de dette du Trésor américain sur le marché obligataire que de s'engager dans une course 30 années d'armes ? Pour maintenir le prix des bons du Trésor de s'effondrer, la Réserve fédérale pourrait imprimer de l'argent pour acheter des obligations. Mais si la Chine puis retourne les imprimées mille milliards de dollars dans les marchés des changes, Washington ne peut pas imprimer d'euros, en livres sterling, des roubles russes, en francs suisses et en monnaies autres pour acheter les dollars.
 
Frantic, Washington essaierait d'organiser des swaps de devises avec l'étranger afin d'acquérir les devises nécessaires pour acheter les dollars qui, autrement, seront les moteurs de la baisse du taux de change du dollar et de détruire le contrôle de la Réserve fédérale sur les taux d'intérêt.
 
Mais si les Chinois ne veulent pas les dollars, seront d'autres pays veulent échanger leur monnaie au dollar américain abandonné ?
 
Certains d'Etats fantoches de Washington seront conformes, mais le reste du monde se réjouira de la fin de l'hégémonie financière de Washington et de refuser l'offre.
 
Tôt ou tard, le dollar va s'effondrer contre les abus de Washington du rôle du dollar en tant que monnaie de réserve, et le dollar perdra son «refuge sûr» état. L'inflation américaine va augmenter, et la stabilité politique américain, avec la puissance hégémonique de l'Amérique, s'affaiblira.
 
Le reste du monde va pousser un soupir de soulagement. Et la Chine a vaincu la superpuissance sans une course aux armements ou tiré un coup.

http://www.paulcraigroberts.org/2012/10/29/the-virtual-recovery/

dimanche 28 octobre 2012

Repas gâché

Après les apéritifs/amuse-gueule et tout le tintouin du lingot farci du 'tungstène-du-chef' nous avons eu les hors-d'oeuvre des marchés truqués qui touchent à la balance; entre-nous-soit-dit les 'marchés truqués qui commandent les Bourses' c'est de la rondelle de saucisson à côté du 'plat-du-jour'. Bref, nous voilà servis à discutailler autour de la table. Et quelle table ?! Tous les malfrats du quartier et des lointains espaces étaient là ! (c'est tout dire). Donc à nous de parler de la femme du boulanger comme quelqu'un qui aurait vu l'as de pique dans un 421 ! La modification des transactions (entendez 'marchés truqués'), daterait d'y a 50 ans et les affichages ne seraient que des résultats de délits d'initiés. De quoi avoir peur et faire serrer les fesses - n'est-ce pas ? - à tous ceux qui ont 'investit en Bourses' dans un geste charitable et patriotique d'aider ou de sauver telle ou telle entreprise. Soit. Mais là où la mise se complique c'est que les heureux donateurs à faire marcher le commerce ne seraient les élus - non pas du hasard d'une foultitude de paramètres obscurs - mais des Dirigeants propres à faire prendre des vessie pour des lanternes qui en tireraient profit d'une telle entourloupe !
Donc, la question du jour est du 'dans quoi investir/placer ses économies (pour ceux qui en ont encore) et surtout à qui faire confiance. "Faut-il se devoir faire des investissements et se contraindre dans l'Escroquerie (qui est - honnêtement une planche de salut) ou se constituer prisonnier à regarder la télé/et lire la presse des marchands-traders qui n'en veulent qu'à leurs sous ?

Comme je l'ai évoqué auparavant dans la cour des miracles, tout est fait est conçu pour vous appauvrir dans les dernières mesures gouvernementale et faire de vous les "pas de chance qui n'ont réussit" dans la belle aventure des voûtes désertées (de l'or qui serait censé d'y être) et crier au secours dans vos chambres d'hôtels en fondant vos lingots et découvrant du tungstène. La vitesse de réaction dépend de votre survie.
L'analyse des marchés (face aux conjonctures actuelles) porterait d'abord a se poser question du pourquoi l'or n'a monté aux approches d'élection quand on sait que plus l'or est cher - moins il en faut donner dans les échanges internationaux. A cela, les pays créditeurs asiatiques n'ont que l'insouciance d'acheter le métal en barres (sans en affaiblir qui que se soit) et passer des années mystérieuses à remonter leur PIB. (y a de la marge !).
Le trucage des marchés ne porte pas sur celui de la salade ou de la veste à boutons (encore que) mais sur les matières premières dont découlent toute notre consommation. Ainsi, les prix affichés du pétrole, du blé ou du lait sont entr'autres les intervenant principaux dans notre quotidien. Donc, que le producteur d'or noir ou blanc vende à un prix cela n'indiffère nullement le cours des choses puisque se sont les intermédiaires qui fixent leurs marges ! Donc, si nous regardons de plus près celui du pétrole, les prix montent à la pompe (suivant les demandes ?) mais ne baissent jamais ! Effectivement, plus il y a de clients plus les prix sont orientés à la hausse mais, pour répondre à cette inflation il y a la multiplication des puits de forage qui répondent ou seraient susceptibles de répondre) à la demande. Mais, comme pour le blé par exemple qui dépend de conditions climatique le pétrole ne dépend que... que de quoi au fait ? des guerres qui entraîneraient des problèmes de ravitaillement ? Là encore, il n'y a pas de guerre partout et, quand elles sont finies... les prix ne reviennent jamais aux situations antérieures.

Ainsi l'inflation n'est créé que par des marchés dirigés, marchés truqués qui ordonnent la hausse des prix à la gueule du client ! Sans ces modifications d'initiés l'inflation n'existerait nulle part ! Même en France (largement autosuffisante en blé et qui en exporte) les prix intérieurs doivent être alignés sur ceux du 'marché' ! De sorte que, quand il augmentent le prix du blé c'est aussi le prix de la farine/boulangeries/pâtisseries/biscuits etc.
Donc, la vie devient chère, le pouvoir d'achat est entamé et les salariés demandent des hausses de salaires. Résultat des courses, les produits fabriqués sont donc plus chers et plus difficilement exportables !

Sur ce, arrive le plat-du-jour et les petits vins du pays qui proposeraient de s'en remplir plein la panse en faisant fi des "lois martiales à venir" et des "confiscations de l'or prétendues". "Investir dans des drones ?" déclare stupéfait un convive attablé, "vous voudriez dire que l'on se doit de lutter à armes égales ?" Effectivement, de se protéger de satellites avec d'autres 'ovni' est une bonne parade, mais..." "Yes We Can ! coupe alors Banania, votez pour moi, j'ai la solution !"

A ces mots terribles rappelant d'âpres souvenirs la salle se vida.

samedi 27 octobre 2012

Véritablement le libre marché n'a jamais tort

26 Octobre 2012
 
Le président de la Banque centrale européenne Mario Draghi a été occupé cette semaine à essayer de convaincre les banquiers allemands grincheux que son programme d'achat de la dette des pays de la zone euro n'est pas simplement revient à tirer vers le haut les presses à imprimer, ne conduira pas à la hausse des prix et ne représente pas un plan de sauvetage des nations prodigues aux frais du contribuable allemand. Sa justification pour entreprendre le programme, qui est semblable aux programmes d'assouplissement quantitatifs de la réserve fédérale, maintenant dans leur sixième et apparemment sans fin, itération, est que « le marché est mauvais. »
 
Comme les Cycles de richesse lecteurs savent, le marché, lorsqu'il est laissé de fonctionner sans ingérence du gouvernement, contient un univers d'information sur l'approvisionnement et la rareté, le coût des intrants, les prix et la demande — beaucoup plus de renseignements à toute personne, institution ou gouvernement peut englober. Bon fonctionnement du marché libre n'est pas mauvais.
Toutefois, compte tenu de la manipulation continue des marchés par les banques centrales ces dernières années s'est considérablement accéléré depuis 2008, Draghi, aujourd'hui, sans doute est correct : le marché ne va pas.
 
Au début de Septembre de la Banque centrale européenne (BCE) a annoncé un autre programme de rachat des obligations émises par les pays dans la zone euro secondaire, ou au détail, marché. Le programme, connu sous le nom patente (par opposition à discrète ) Opérations de marché, est considérée comme visant à abaisser le coût de l'emprunt pour lutter pays la zone euro, dont plusieurs sont enterrés dans de la dette et des économies en déclin. Bien sûr, l'histoire montre que les taux d'intérêt ont augmenté dans les plus ironiques des conséquences imprévues les deux dernières fois cela a été tenté en Europe. L'intervention de la BCE vient avec des cordes; afin pour qu'il puisse acheter de la dette d'un pays, le gouvernement de la nation devez accepter les demandes des dirigeants de l'UE, la mise en œuvre des hausses de taux d'impôt et d'autres programmes d'austérité faux. Voir les mesures d'austérité Qu'est-ce?
 
Le lien programme d'achat reste très impopulaire auprès des électeurs allemands, qui croient que leur nation financièrement solvant est indûment être accablée par renflouer les nations insolvables comme la Grèce et l'Espagne, rapporte Bloomberg :
 
Certains décideurs allemands, y compris le président de la Bundesbank Jens Weidmann ont indiqué que la proposition est équivalent à l'argent d'impression aux finances des gouvernements, ce qui est interdit par les statuts de la BCE.
 
Emploi de Draghi cette semaine a été pour étouffer la kvetching politique et convaincre les Allemands que le programme d'achat d'obligations est sain et nécessaire.
 
"OMTs ne conduira pas à un financement déguisé des gouvernements", a déclaré M. Draghi. «Tout cela est parfaitement compatible avec l'interdiction du Traité sur le financement monétaire. En outre, ils se concentreront sur des maturités plus courtes et laissent place à la discipline de marché. "
 
La discipline de marché est le concept que les taux d'intérêt des obligations à maturité plus longues refléteraient la réalité parce que Draghi a promis d'acheter uniquement des obligations à échéance plus courtes. En cela, il admet qu'il supprime la discipline du marché où il intervient, et cela s'envole face à sa demande que « le marché est mauvais. » Il est donc bon pour le marché de « discipline » dans un cas, mais mal quand il n'est pas commode ?
 
Au moins certains allemands acheté "pitch" de Draghi, selon le rapport de Bloomberg :
 
"Ses réponses ont été très convaincantes et pour cette raison que nous pouvons envoyer un message au peuple allemand que l'inflation, les craintes sont sans fondement, Norbert Barthle, porte-parole du budget parlementaire parti Union chrétienne-démocrate de la chancelière Angela Merkel, a déclaré aux journalistes.
 
Entreprise de la BCE sur le marché obligataire n'est pas une nouvelle stratégie pour la Banque centrale. Fed les États-Unis achète jusqu'à sa propre dette, ainsi que beaucoup d'autres papiers, au cours des dernières années. BCE a également manipulé des taux d'intérêt plus bas afin de persuader les banques à prêter à un prix plus avantageux, encourageant ainsi la croissance économique, qu'ils ont supposé. Mais cette tactique ne fonctionne tout simplement pas, Draghi a dit que la Bundesbank plus tôt cette semaine :
 
Le marché - il a expliqué dans sa déclaration liminaire préparé - ne va pas. Une banque centrale ne peut pas définir juste marché taux d'emprunt. Il définit les rares il peut contrôler directement, puis espère que ces taux s'infiltrer dans le marché à travers ce qu'on appelle la « transmission de la politique monétaire. » En temps normal, cette transmission œuvres, invisible; à une époque intéressante, elle peut se bloquer. Banques en Europe, Draghi a dit, ne sont pas passant sur les faibles taux d'intérêt également pour toutes les entreprises et les ménages de la zone euro. Voici où un puriste du marché répondrait que les investisseurs perçoivent les risques en Espagne et sont prix dedans. Pas complètement Oui, dit Draghi. Investisseurs, il a déclaré au Bundestag, sont "charge des taux d'intérêt aux pays ils ont perçoivent pour être les plus vulnérables qui [vont] au-delà des niveaux justifiées par les fondamentaux économiques et des primes de risque justifiable." Cette crainte, a-t-il dit, est « sans fondement ». Le marché ne va pas.
 
Draghi est peut-être exact que les taux du marché ne reflètent pas exactement le coût exact du crédit. Mais écoutez ce qu'il dit : après des années de manipulation de la BCE de taux d'intérêt dans le but d'encourager les prêts, le marché du crédit maintenant déformée ne reflète pas une valeur exacte du crédit. Exactement, il devrait être beaucoup plus cher obtenir un prêt si vous êtes sans le sou, et les épargnants et les investisseurs devraient obtenir un rendement beaucoup plus élevé, ce qui permet la création d'emplois éventuels
 
L'argument de Draghi est juste une variation plus « blâme l'économie de marché » et le capitalisme lui-même, pour tout ce qui indispose l'économie. Reproduit par les politiciens et les médias traditionnels, il fournit une couverture politique pour une intervention gouvernementale sur le marché, comme citoyens, souffrant de "spirale" prix ou fournitures serrés, pleurent pour le gouvernement de « faire quelque chose. » Mike Maloney a commenté ce thème séculaire dans un blog vidéo tourné à l'aéroport de Paris au début de 2011 :
 
Partout dans le monde, que vous ne voyez pas que « le capitalisme est un échec », et ils sont de blâmer tous les résultats des gens tricher le capitalisme et l'économie de marché, des gens en train de manipuler. Voilà quelle est la cause de toutes ces bulles de forme et les ravages qui arrivent comme les bulles pop. Et ce qu'ils vont faire, plutôt que de laisser les marchés libres effacer tous les excès et l'économie à se guérir lui-même, qu'ils vont essayer et manipuler en plus. Ils vont garder en disant... "nous devons faire quelque chose à ce sujet ; le gouvernement doit faire quelque chose. » Tout le monde s'affole et c'est juste va s'aggraver et pire. Ils vont faire glisser vers le bas de l'économie mondiale. Adam Smith, philosophe écossais du XVIIIe siècle qui a lancé l'étude de l'économie, alors connu comme la politique économique, et qui est parfois crédité de fournir un plan détaillé pour le capitalisme, croit que le rôle du gouvernement dans l'économie devrait être minime. Pour plus d'informations, voir 1776, Adam Smith dit libre-arbitre oblitère les planificateurs. Le Gouvernement - il a écrit dans le livre IV de la richesse des Nations - doit être limité aux trois principales responsabilités : afin de protéger son peuple contre une invasion étrangère; pour protéger son peuple de l'autre; et de construire certains ouvrages publics tels que des routes et des infrastructures pour lesquelles des particuliers récolteraient pas un bénéfice suffisant pour justifier le coût. Interférer sur le marché, Smith a écrit, pourrait inhiber la prospérité plutôt que favoriser il et contrarieraient la société :
 
Chaque système qui s'efforce, non plus, par des encouragements extraordinaires, à attirer vers une espèce particulière de l'industrie une plus grande part du capital de la société, que ce qui serait naturellement aller à ou, par des contraintes extraordinaires, quelque part à la force d'une espèce particulière de l'industrie du capital qui serait autrement employé dedans; est subversif de la réalité du grand dessein qu'il veut promouvoir. Il retarde, au lieu d'accélérer les progrès de la société vers la richesse et la grandeur et diminue au lieu d'augmenter la valeur réelle du produit annuel de ses terres et du travail.
 
Véritable travail de Draghi consiste à convaincre les allemands et les autres contribuables européens que, cette fois-ci, il, ses collègues gouverneurs des banques centrales et les facilitateurs de leurs gouvernement peuvent vraiment « faire quelque chose » pour tirer l'économie mondiale hors de sa plongée. L'histoire dit qu'ils peuvent seulement aggraver. Comme école autrichienne économiste Friedrich von Hayek le dit succinctement, « la tâche curieuse de l'économie est de montrer aux hommes comment le peu qu'ils savent vraiment tout ce qu'ils imaginent qu'ils peuvent concevoir. » Un marché réellement libre n'est pas mauvais.


Les smicards quittent la France !

vendredi 26 octobre 2012

La servitude volontaire commence par une dette


Richard (Rick) Mills
 
En avance sur la harde

 
En règle générale, l'homme qui a le plus réussi dans la vie, c'est l'homme qui a la meilleure information
 
Faut-il laisser la création de nouveaux fonds dans les mains de banquiers ou de placer sa création uniquement avec notre gouvernement ?
 
«Le système financier utilisé par toutes les économies nationales dans le monde entier est en fait fondé sur la dette. Pour être direct et précis, l'argent moderne est créé en parallèle avec la dette ...
 
La création et l'offre de monnaie est maintenant laissée presque entièrement aux banques et autres institutions prêteuses. La plupart des gens s'imaginent que s'ils empruntent auprès d'une banque, ils empruntent de l'argent des autres. En fait, quand les banques et les sociétés de construction consentent un prêt, elles créent de nouveaux fonds. L'argent prêté par une banque n'est pas un prêt d'argent pré-existant, l'argent prêté par une banque est de l'argent supplémentaire créé. Le flux d'argent généré par les personnes, les entreprises et les gouvernements en permanence emprunts auprès des banques et autres institutions prêteuses est invoqué pour fournir à l'économie dans son ensemble. Ainsi, l'offre de monnaie dépend des gens qui s'endettent, et le niveau de la dette au sein d'une économie n'est plus une mesure de la quantité d'argent qui a été créé. " Michael Rowbotham, «La poignée de la mort»
 
La Réserve fédérale américaine - la Fed
 
Dans la nuit du 22 Novembre 1910, une délégation de plus grands financiers du pays, dirigée par le sénateur Nelson Aldrich, a quitté le New Jersey pour une très secrète dix jours de réunion à Jekyll Island, en Géorgie.
 
Aldrich avait déjà conduit les membres de la Commission Monétaire Nationale pour une tournée bancaire à deux ans de l'Europe. Il n'avait pas encore de rédiger un rapport concernant le voyage et qu'il n'avait pas encore offert des plans pour la réforme bancaire.
 
Accompagner le sénateur Aldrich à Jekyll Island étaient les suivants:
 
- Frank Vanderlip, président de la National City Bank de New York, associé avec les Rockefeller
- Henry P. Davison, associé principal de JP Morgan Company, considéré comme l'émissaire personnel de Morgan
- Charles D. Norton, président de la Morgan dominé la First National Bank de New York
- Le colonel Edward House, qui deviendra plus tard le plus proche conseiller du président Woodrow Wilson et fondateur du Conseil sur les relations étrangères
- Benjamin Strong, un lieutenant de JP Morgan
- Paul Warburg, un immigrant récent de l'Allemagne qui avait rejoint la maison de banque de Kuhn, Loeb & Company, New York dirigé les débats et a écrit les principales caractéristiques de ce que l'on appelle le Plan Aldrich.
Après Jekyll Island visite à la Commission Monétaire Nationale "a écrit" le Plan Aldrich, qui a servi de base pour le système de la Réserve fédérale.
 
"En 1912, l'Association nationale monétaire, sous la présidence de feu le sénateur Nelson Aldrich W., fait un rapport et a présenté un projet de loi vicieux appelé la Réserve Nationale Association loi. Ce projet de loi est généralement parlé comme ce projet de loi Aldrich. Sénateur Aldrich n'a pas écrire au projet de loi Aldrich. Il était l'outil, sinon le complice, des banquiers européens qui depuis près de vingt ans avait été magouilles de mettre en place une banque centrale dans ce pays et qui en 1912 a passé et continuent de dépenser d'énormes sommes d'argent pour accomplir leur but ». Congrès Louis T. McFadden sur la Société de la Réserve fédérale: Remarques au Congrès, 1934
 
Après plusieurs tentatives infructueuses pour faire avancer le Federal Reserve Act par le Congrès, un groupe de banquiers a financé et géré la campagne de Woodrow Wilson pour le président. Il s'était engagé à signer une version légèrement différente de la Federal Reserve Act de plan d'Aldrich.
 
En 1913, le sénateur Aldrich a poussé la Federal Reserve Act par le Congrès, juste avant Noël, quand une grande partie de Congrès était en vacances. Lorsqu'il a été élu président Woodrow Wilson a adopté la FED.
 
La Federal Reserve Bank (FED) est une société privée (Wikipedia décrit la Fed comme un complexe d'affaires, gouvernement de partenariat qui régit le monde de la finance) qui contrôle et les bénéfices immensément en imprimant de l'argent par le Trésor américain et la régulation de sa valeur.
 
«Certains [la plupart des] gens pensent que les banques de la Réserve fédérale des États-Unis sont des institutions gouvernementales. Elles ne le sont pas ... elles sont des monopoles privés de crédit qui s'en prennent à des personnes des États-Unis au profit d'eux-mêmes et de leurs escrocs étrangers et nationaux, et les prêteurs d'argent riches et prédateurs. Le sac des États-Unis par la Fed est le plus grand crime de l'histoire. Tous les efforts ont été faits par la Fed de cacher ses pouvoirs, mais la vérité est que la Fed a usurpé le gouvernement. Elle contrôle tout ici et elle contrôle toutes nos relations extérieures. Elle fait et défait les gouvernements à volonté ". Congressional Record 12595-12603 - Louis T. McFadden, Président du Comité des banques et de la monnaie (12 ans) Juin 10, 1932
 
"... Nous concluons que les [fédéral] Banques de Réserve fédérale ne sont pas ... mais ils sont indépendants, les entreprises privées et contrôlées localement ... sans jour le jour la direction du gouvernement fédéral." Circuit Court 9e Lewis vs Etats-Unis, 680 F. 2d 1239 Juin 24, 1982
 
La FED a commencé avec environ 300 personnes, soit les banques, qui sont devenus propriétaires (actionnaires acheté des actions à 100 $ par action) de la Réserve fédérale des banques. La Fed est une propriété privée - 100% de ses actionnaires sont des banques privées, le stock n'est pas cotée en bourse et aucune de ses actions sont détenues par le gouvernement américain.
 
Le gouvernement américain a poussé à travers le seizième amendement (qui exempte d'impôts des exigences constitutionnelles en matière d'impôts directs) redémarré un impôt sur les Américains à payer les intérêts de la FED et la réorganisation de l'IRS pour collecter l'argent - l'intérêt - «dû» à la Fed de ses citoyens.
 
Sir Josiah Stamp, président de la Banque Rothschild d'Angleterre et l'homme le deuxième plus riche en Grande-Bretagne dans les années 1920, a déclaré ce qui suit en 1927 à l'Université du Texas:
 
«Le système bancaire moderne fabrique de l'argent à partir de rien. Le processus est peut-être la pièce la plus étonnante de tour de main qui n'a jamais été inventé. Bancaire a été conçue dans l'iniquité et né dans le péché. Les banquiers possèdent la Terre. Prenez-le loin d'eux, mais laissez-leur le pouvoir de créer l'argent, et d'un coup de plume, ils créeront assez d'argent pour l'acheter à nouveau. Profitez de cette grande puissance loin d'eux et tous les grandes fortunes comme la mienne disparaîtront, car alors ce serait un monde meilleur et plus heureux de vivre. Mais si vous voulez continuer à être les esclaves des banquiers et payer le coût de votre propre esclavage, laissez les banquiers continuer à créer l'argent et de contrôler le crédit. "
 
Le système bancaire FED recueille des milliards de dollars en intérêts chaque année et distribue des bénéfices à ses actionnaires - l'intérêt sur les obligations acquises avec ses nouvellement émises Federal Reserve Notes paie les frais de fonctionnement de la Fed, plus un rendement garanti de 6% à ses actionnaires banquiers.
 
Le Congrès américain a donné la FED le droit d'imprimer de l'argent sans intérêt à la FED. La FED crée de la monnaie à partir de rien, prêts qu'elle à travers les banques et les intérêts, les frais. La FED achète aussi de la dette publique avec de l'argent à partir de rien, et les charges d'intérêt contribuables américains.
 
Le FED est la seule société sans but lucratif en Amérique qui est exonéré de l'impôt fédéral et de l'État.
 
Le plan de Chicago
 
En 1933, les économistes de l'Université de Chicago a présenté des propositions confidentielles à environ 40 individus concernant la réforme bancaire. Après avoir reçu les commentaires d'un certain nombre de personnes les propositions ont été ré-écrites, le complément «de longue date Objectifs de la gestion monétaire" a été ajouté ainsi que d'une annexe, "Cycles bancaires et d'affaires."
 
Collectivement, ces recommandations ont fini par être connu comme le Plan de Chicago. Irving Fisher était un ardent défenseur.
 
"Les meilleurs esprits économique dans le pays a élaboré un plan de réforme. Henry Simons de l'Université de Chicago a créé la proposition et d'éminents économistes des universités d'autres se joignirent à lui dans ce qui devint connu sous le nom économistes comme Paul Douglas de l'Université de Calgary «Plan de Chicago."; Frank Graham et Charles Whittlesley de Princeton; Irving Fisher de Yale, Earl Hamilton, de Duke et Willford roi de NYU, pour n'en nommer que quelques-uns". Années 1930 Vs plan Chicago. La Loi monétaire d'Amérique, Stephen Zarlenga
 
Le plan de Chicago appelée pour seulement le gouvernement soit en mesure d'émettre de la monnaie - Les banques ne seraient plus en mesure de créer de l'argent en faisant des prêts.
 
«L'essence du plan 100% est de faire de l'argent indépendamment de prêts, c'est-à divorcer le processus de création et de destruction de l'argent de l'activité bancaire. Un résultat purement accessoire serait de rendre la banque plus sûre et plus rentable; Mais de loin le résultat le plus important serait la prévention des booms et dépressions grandes inflations en mettant fin chroniques et déflations qui ont toujours été la grande malédiction économique de l'humanité et qui ont vu le jour en grande partie de la banque. " Irving Fisher
 
Le plan de Chicago a reconnu la distinction entre l'argent et le crédit:
 
Le pouvoir de créer l'argent devait être retiré auprès des banques privées en supprimant les réserves fractionnaires - le mécanisme par lequel le système bancaire crée de la monnaie.
 
La fonction de prêt de décision (banques) devait être séparée de la fonction de création de l'argent (le gouvernement). Les prêts de la Banque devaient être déposés à partir de l'épargne à long terme.
 
Bien que facilement réalisable du plan de Chicago n'a jamais été sérieusement envisagé par le gouvernement de la journée, au contraire, édulcoré des mesures alternatives (institutionnalisé l'assurance-dépôts fédérale et la séparation de la banque commerciale et d'investissement) ont été introduites dans la loi bancaire de 1935 qui a créé le Federal Open Market Committee (FOMC) qui ont été accusés de contrôler la masse monétaire par des opérations d'open market de l'aide de fonds publics.
 
Après une reprise milieu des années 1930 de la Grande Dépression aux États-Unis à nouveau entré en récession en 1937-1938 et les éléments clés du plan de Chicago a refait surface dans le Juillet 1939 le projet intitulé « Un programme de réforme monétaire » , ce document n'a jamais été publié et n'a jamais abouti dans la législation.
 
Conclusion
 
"Il est temps de se séparer de l'illusion que la croissance économique et la création d'emplois sont les principales fonctions des banques centrales ... l'agonie économique et désordre financier se poursuivra jusqu'à ce que les banques centrales décident de réhabiliter les conditions monétaires et de rétablir le contrôle direct du processus de création monétaire." Dépoussiérer le Plan de Chicago, Hossein Askari et Noureddine Krichene, atimes.com
 
Milton Friedman a écrit «La création de la monnaie fiduciaire devrait être un monopole d'État."
 
Aujourd'hui, les défenseurs de réforme monétaire de 1933 sont revisitant «Plan de Chicago et de 1939 'un programme de réforme monétaire».
 
Peut-être il est temps une sorte de réforme monétaire a été sur tous nos écrans radar. Est-ce le vôtre ?
 
Sinon, il faudrait peut-être.

http://aheadoftheherd.com/Newsletter/2012/A-Distinction-Between-Money-and-Credit.html

mercredi 24 octobre 2012

Dans Amerika il n'y aura jamais un vrai débat

Paul Craig Roberts

 
24 octobre 2012
 
Dieu les aide si Obama et Romney jamais eu à participer à un vrai débat sur un problème réel à l'Oxford Union. Ils seraient massacrés.
 
Les «débats» a révélé que non seulement les candidats, mais aussi l'ensemble du pays est complètement sourde oreille à tous les problèmes de développement réel et dangereux. Par exemple, vous ne savez jamais ce que les citoyens américains peuvent maintenant être emprisonnés et exécutés sans procès. Tout ce qui est nécessaire pour mettre fin à la liberté et à la vie d'un citoyen américain par son propre gouvernement est une décision irresponsable quelque part dans le pouvoir exécutif.
 
Nul doute que les Américains, s'ils pensent de ce tout, croire que cela ne se produira aux terroristes qui le méritent. Mais comme aucune preuve ni procès équitable est nécessaire, comment saurions-nous que cela n'arrive qu'aux terroristes ? Peut-on vraiment faire confiance à un gouvernement qui a déclenché des guerres dans 7 pays sur la base de mensonges ? Si le gouvernement américain vont mentir à propos des armes de destruction massive irakiennes afin d'envahir un pays, pourquoi ne pas mentir au sujet de qui est un terroriste ?
 
L'Amérique a besoin d'un débat sur la façon dont nous pouvons être plus sûre en enlevant la protection constitutionnelle de la procédure régulière. Si le pouvoir du gouvernement n'est pas limitée par la Constitution, sommes-nous gouvernés par César ? Les Pères Fondateurs ne croient pas qu'on puisse faire confiance à un césar avec notre sécurité. Ce qui a changé ce que nous pouvons maintenant faire confiance à un césar ?
 
Si nous sommes dans une telle menace terroriste que la Constitution doit être suspendue ou remplacée par action de l'exécutif à rendre, comment se fait tous les cas présumés terroristes sont des opérations policières organisées par le FBI ? En onze ans, il n'y a pas eu un seul cas dans lequel le «terroriste» a eu l'initiative !
 
Au cours des onze années écoulées depuis 9/11, les actes de terrorisme domestique ont été minuscule même si elles existent. Ce qui justifie le Département énorme et coûteux de la Sécurité intérieure ? Pourquoi la Sécurité intérieure des militaires équipés d'équipes d'intervention spéciales avec des véhicules blindés ? http://www.dhs.gov/photo/hsi-using-armored-vehicles-training-ice  Qui sont les cibles de ces unités militarisées ? Si onze ans d'assassinat gouvernement américain, la mutilation et le déplacement de millions de musulmans n'a pas provoqué des actes massifs de terrorisme intérieur, pourquoi Homeland Security création d'une force armé interne qui lui est propre ? Pourquoi y a t-il pas eu d'audiences du Congrès et sans débat public ? Comment un gouvernement peut-dont le budget est plongé dans le rouge s'offrir une deuxième force militaire sans but défini par la Constitution et la loi ?
 
Quelle est la motivation la sécurité intérieure dans la création d'une jeunesse intérieure ? Est le nouveau Corps FEMA un déguisement pour un but plus sinistre, un Jeunesses hitlériennes en tant que sites Internet suggèrent ? https://www.dhs.gov/blog/2012/09/14/welcome-fema-corps-inaugural-class sont les achats de munitions massives de la Sécurité intérieure liée à la levée d'un corps de niveau national 18 - à 24 ans ? Comment peut tellement se passer devant nos yeux sans poser de questions ?
 
Pourquoi ne pas demander à Obama Romney pourquoi il s'emploie à renverser la décision du tribunal fédéral que les citoyens américains ne peuvent pas faire l'objet d'une détention indéfinie, en violation de la Constitution américaine ? Est-ce parce Romney et ses conseillers néo-conservateurs sont d'accord avec Obama et ses conseillers ? Si oui, alors pourquoi un tyran mieux que l'autre ?
 
Pourquoi le US construit un réseau de camps de détention, pour lesquels il est d'embauche "internement
Pourquoi l'armée américaine ont maintenant une politique de «l'établissement des programmes de travail des détenus civils et les camps de prisonniers civils sur les installations de l'armée»? http://armypubs.army.mil/epubs/pdf/r210_35.pdf
 
Voici le rapport de Rachel Maddow sur la façon dont Obama critique le néoconservateur de Bush / Cheney régime en cas de violation de la Constitution américaine et le droit américain légale et propose la même chose lui-même.
 
Comment les débats présidentiels éviter le fait de drones Predator vole sur nous, ici aux États-Unis d'Amérique domestique ? Quel est le but de tout cela ? Pourquoi les forces de police plus petites dans le plus éloigné d'emplacements sont équipées de véhicules blindés? Je les ai vus. Dans les petites communautés blanches lilly-nord d'Atlanta, en Géorgie, les communautés de MacMansions sous-million de dollars ont militarisé la police avec des blindés et des armes automatiques. Des équipes d'intervention en tenue militaire complète sont partout. Quel est-il ? Ces petites zones semi-rurales ne verrez jamais un terroriste ou l'expérience d'une situation d'otage. Pourtant, ils sont tous armés jusqu'aux dents. Ils sont si lourdement armés qu'ils pouvaient être envoyés au combat contre le IIIe Reich ou l'Armée rouge.
 
Toutes ces questions aller à l'encontre de l'hypothèse de perfection morale de l'Amérique. Aucun un tel débat ne se fera jamais. Mais si «c'est l'économie, idiot», pourquoi est-il pas de débat économique ?
 
Le mois dernier, la Réserve fédérale a annoncé un QE3. Si QE1 QE2 et ne fonctionne pas, pourquoi a t-il quelqu'un, y compris le président de la Réserve fédérale, pense que QE3 va marcher ?
 
Pourtant, les marchés totalement irrationnels financiers, qui n'ont pas la moindre idée de quoi que ce soit, furent remplis de joie à la QE3. Ce ne peut être que parce que ce qui domine le marché des actions est de la propagande, de spin, et la désinformation, pas des faits. Le marché boursier vanté est incapable de prendre une décision correcte. Les décisions sont prises par les fous dans le fonctionnement du marché sur une base à court terme. La seule voie sûre à faire est de courir avec les lemmings. Cette stratégie assure qu'un gestionnaire de portefeuille est toujours au milieu de ses pairs et, par conséquent, il ne perd pas ses clients.
 
Comme ce serait merveilleux ont été pour Obama et Romney avoir confronté à un débat réel comment QE3, conçu pour aider les banques insolvables "too big to fail», peut aider les ménages d'exploitation, avec deux revenus, sur les revenus réels de 45 ans, ce qui C'est là que le courant revenu réel médian des ménages est.
 
Comment sauver une banque, désignée comme «too big to fail», aider la famille dont les emplois ou emploi principal a été exporté vers la Chine ou l'Inde afin de maximiser les bénéfices des entreprises, les primes de rendement des cadres et plus-values des actionnaires ?
 
Évidemment, la population active des États-Unis a été sacrifiée aux bénéfices de la méga-riches.
 
Une question un débat approprié est la suivante: Pourquoi le gagne-pain des travailleurs américains été sacrifié aux bénéfices de la méga-riches ?
 
Cette question ne sera jamais posée dans un «débat présidentiel».
 
Au 21e siècle, les citoyens américains sont devenus des nullités. Ils sont brutalisés par la police, dont les revenus de leurs impôts servent à payer. Ils ont, pour protester contre une injustice ou pour aucune raison du tout, sont battus, arrêtés, électrocuté et même assassinés. La police, payée par le public, tabasse les gens paralysés en fauteuil roulant, encadrent ceux qui les appellent à l'aide contre les criminels, les grands-mères Taser et les petits enfants, et abattre des citoyens à sang froid non armés qui n'ont rien fait, sauf de perdre le contrôle d'eux-mêmes, soit par le biais d'alcool, de drogues ou de rage.
 
Américains lavage de cerveau payer des impôts importants à tous les niveaux de gouvernement pour la protection contre la violence gratuite, mais que leur soutien impôts est la violence gratuite contre eux-mêmes. Tous les Américains, à l'exception du petit nombre de méga-riches qui contrôlent Washington, peut être arrêté et dépossédés, à la fois la liberté et à la propriété, sur la base de rien d'autre qu'une allégation d'un membre de l'exécutif qui voudraient l'épouse de l'accusé, la petite amie, la propriété ou à un règlement de compte ou d'exterminer un rival, ou de marquer contre une école secondaire, un collège ou rival en affaires.
 
Dans l'Amérique d'aujourd'hui, la loi sert les puissants, pas la justice. En effet, il n'existe aucune loi, et il n'y a pas de justice. Seule la puissance inexplicable.
 
Qu'est-ce que la pointe d'un vote lorsque le résultat est le même ? Les deux candidats représentent les intérêts d'Israël, et non pas les intérêts des États-Unis. Les deux candidats représentent les intérêts du complexe de la sécurité militaire /, l'agro-industrie, les sociétés de délocalisation, la suppression des syndicats et des travailleurs, la disparition totale de la liberté civile et la Constitution américaine, qui est dans la façon dont le pouvoir exécutif débridé.
 
Dans le Etats-Unis aujourd'hui, le pouvoir de l'argent règne. Rien d'autre n'est dans l'équation. Pourquoi voter pour apporter votre soutien à la poursuite de votre propre exploitation ? Chaque fois qu'il Américains vote est un vote pour leur propre anéantissement.


Regardez le tableau ci-dessus. Débit net des populations en âge de travailler (en centaine de mille de dollars) et, devinez vers quels pays vont les investissements !


mardi 23 octobre 2012

Trois choses que les investisseurs ne connaissent pas à propos de l'Europe

22 octobre 2012
L'Europe se dirige vers une catastrophe à grande échelle.
 
Vous voyez, les problèmes de dette en Europe ne sont pas simplement liés à la Grèce. Ils sont de nature systémique. Le tableau ci-dessous montre la dette publique par rapport au PIB pour les principaux acteurs en Europe.
 
 
Comme vous pouvez le voir, même les plus «solvables» pays comme l'Allemagne et la France sont sportives de la dette par rapport au PIB de 75% et 84% respectivement.
 
Ces chiffres, bien mal, ne pas tenir compte de passif non capitalisé. Et l'Europe n'est rien si elle n'est pas ancrée dans le passif non capitalisé.
 
Prenons l'Allemagne. Selon Axel Weber, le chef de la Banque centrale allemande, l'Allemagne est en fait assis sur une dette réelle par rapport au PIB de plus de 200%. C'est l'Allemagne ... avec un déficit actuariel égal à plus de deux fois son PIB actuel.
 
C'est une chose que la plupart des invetsors ne savent pas à propos de l'Europe.
 
Pour mettre la folie de tout cela en perspective, la réclamation de Weber est proche de Ben Bernanke va à la télévision nationale en disant que les Etats-Unis doit effectivement plus de 30 milliards de dollars et que le plafond de la dette est en fait une plaisanterie.
 
Ce qui est vraiment effrayant, c'est que Weber est le plus susceptible d'être prudent ici. Jagadeesh Gokhale, du Cato Institute a publié un document d'Eurostat en 2009 affirmant passif non capitalisé de l'Allemagne sont en fait plus proche de 418%.
 
Et bien sûr, l'Allemagne n'a pas encore recapitalisé ses banques.
 
En effet, par l'Institut allemand pour la recherche économique le propre aveu, les banques allemandes ont besoin de 147 milliards d'euros de nouveaux capitaux ».
 
Pour mettre ce chiffre en perspective TOTAL DES CAPITAUX PROPRES au cours des trois premières banques en Allemagne est inférieur à 100 milliards d'euros.
 
Et c'est ALLEMAGNE dont nous parlons: le bilan censé solide comme le roc de l'Europe. À quel point pensez-vous que sont les autres, moins fiscalement conservateurs membres de l'UE ?
 
Pensez BAD. Comme dans un effondrement systémique mauvais.
 
En effet, considérons la dette TOTALE assise sur les bilans des institutions financières en Europe. Le tableau ci-dessous montre ce numéro pour les institutions financières dans plusieurs grands pays de l'UE par rapport à 2010, leur PIB du pays.
 
Pays Institutions financières »de la dette brute en% du PIB
 
Portugal 65%
Italie 99%
Irlande 664%
Grèce 21%
Espagne 113%
Royaume-Uni 735%
France 148%
Allemagne 95%
UE dans son ensemble 148 %
 
Source: FMI
 
Comme vous pouvez le voir, les institutions financières en Allemagne, en France, en Italie, en Espagne, au Royaume-Uni et l'Irlande sont tous des bombes à retardement.
 
En effet, pris dans leur ensemble, les institutions financières européennes ont plus de dettes que le PIB de TOUTE l'Europe.
 
Et ce ne sont que les chiffres «officiels». Lorsque vous expliquer off le passif du bilan, la banque sont encore plus endettées que ça !
 
C'est la deuxième chose que la plupart des investisseurs ne savent pas à propos de l'Europe.
 
Nous allons comparer la situation là pour que le système bancaire américain.
 
Pris dans son ensemble, le système bancaire américain est exploité à 13 à 1. Niveaux de levier aux TBTFs sont beaucoup beaucoup plus ... mais quand vous les ajoutez dans le 8100 + autres banques aux États-Unis, la banque américaine totale de levier est de 13 à 1.
 
Le système bancaire européen dans son ensemble est exploité à près du double de ce à plus de 26 pour 1. C'est l'ensemble du système bancaire européen effet de levier à des niveaux proches de Lehman (Lehman était de 30 à 1 quand il s'est effondré).
 
Pour mettre cela en perspective, avec un niveau d'endettement de 26 à 1, vous avez seulement besoin d'une baisse de 4% des prix des actifs pour effacer la totalité du capital. Quelles sont les chances que les actifs bancaires européens baissent de 4% en valeur dans un proche avenir que les PIIGS continuent de s'effondrer ?
 
Et à ce point de l'ensemble du système bancaire de l'UE l'UE s'effondre.
 
Pour sommer, tout ce que j'ai écrit sur près d'un an arrivera encore. Le fait que j'étais au début et nous avons été arrêtés hors de nos métiers crise de l'euro que la BCE a promis «illimitées» d'obligations d'achat juste avant la Fed ait annoncé le QE 3 ne change pas le résultat final: l'UE rupture et une crise financière mondiale.
 
Sur cette note, si vous vous n'êtes pas préparé à un bain de sang dans les marchés, c'est maintenant le temps de le faire. La réalité est que les banques centrales sont en train de perdre leur emprise sur les marchés. Elles ne vont jamais l'admettre publiquement, mais je peux vous assurer que Bernanke et ses amis sont une peur bleue de ce qui se passe dans le système bancaire en ce moment.
 
Si vous êtes à la recherche de quelqu'un qui peut vous aider à naviguer et même profiter de ce gâchis, je suis votre homme. Mes clients a fait de l'argent en 2008. Et nous avons joué de la crise de l'euro à la perfection, avec notre portefeuille de retour de 34% entre Juillet 2011 et Juillet 31 31 2012 (comparativement à un rendement de 2% pour le S & P 500).
 
En effet, pendant tout ce temps, nous avons vu 73 trades gagnants et un perdant seulement unique. Nous nous positionnons pour le prochain tour de la crise avec plusieurs investissements ciblés qui va exploser plus élevé que l'UE s'écroule.
 
Pour savoir ce qu'ils sont, et prendre des mesures pour protéger votre portefeuille contre l'effondrement inévitable ...
 
Cliquez ici maintenant !
 
Graham Summers